Vacances à vélo en famille dans les Alpes
Vacances à vélo en famille dans les Alpes

Vacances à vélo en famille dans les Alpes

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances au ski pour les célibataires -
  6. Vacances à vélo en famille dans les Alpes

Explorer les sentiers dans et autour des Saisies

Les vacances à vélo dans les Alpes sont devenues extrêmement populaires ces dernières années, les stations investissant dans des pistes de VTT pour tous les niveaux. Nous avons choisi de visiter Les Saisies, bien connues pour leur approche familiale, pour voir si les possibilités de cyclisme étaient à la hauteur. Perchées au-dessus de la magnifique région du Beaufortain, avec une vue fabuleuse sur le Mont Blanc, les pistes cyclables des Saisies sont facilement accessibles via une poignée de remontées mécaniques, mais il y a des itinéraires plus longs à découvrir, comme nous l’avons constaté.

Nous nous délectons de la griserie de la descente presque sans effort à travers une forêt silencieuse, entre des rochers escarpés et exposés, et des aperçus alléchants des vallées voisines qui défilent dans l’immensité pâle et pastel qui se trouve quelque part là-bas, au-delà des pins et des mélèzes.

Vous avez besoin de roues ?

Notre hébergement est Le Hameau du Beaufortain, situé à une courte distance du village principal sur la Route du Mont Bisanne. Il s’agit d’une montée régulière, légèrement sinueuse, qui nous donne l’impression d’être un peu éloignés de la vie du village, mais nous savons, pour l’avoir déjà visité, que c’est un endroit calme et attachant qui offre de superbes vues sur le Mont-Blanc et un accès direct aux sentiers pédestres, aux pistes de ski et aux télésièges, en fonction de la saison.

Le lendemain matin, nous récupérons nos vélos chez Piccard Sports, l’un des magasins de location de matériel les plus connus des Alpes françaises, grâce à Franck Piccard qui a remporté la médaille d’or du Super-G masculin aux Jeux olympiques d’hiver de 1988 à Calgary et qui a mis son village natal sur la carte. Ses techniciens ont tôt fait de nous équiper de VTT Scott hardtail légers et impeccables, et quelques minutes plus tard, nous descendons en roue libre vers le Télésiège de la Légette, l’un des deux télésièges à grande vitesse ouverts pendant la saison d’été. Le chargement des vélos sur les sièges amovibles est assez simple pour le personnel des remontées mécaniques, les roues avant reposant simplement sur leurs pneus, de sorte qu’il y a peu de risque d’endommager les jantes en alliage léger vulnérables.

Une fois à bord, nous nous installons confortablement et nous nous détendons pour une ascension en douceur de la montagne, entre de grandes forêts de conifères plantées pour abriter les pistes de ski de retour. Une fois la crête franchie, les choses s’ouvrent et nous glissons au-dessus d’un paysage d’alpages doux, de pâturages d’été dont les fleurs sauvages ajoutent un plus à la saveur des fromages locaux de Beaufort.

Temps d’arrêt

Le trajet en télésiège nous ayant permis de voir occasionnellement d’autres cyclistes explorer les pistes, nous avons déjà une idée de ce qui est proposé, et des pistes qui pourraient le mieux convenir à nos propres niveaux techniques et physiques. Il y en a pour tous les goûts, et les défis des pistes les plus avancées vous disent tout ce qu’il faut savoir sur le sérieux avec lequel Les Saisies écoutent les commentaires de ses fidèles vététistes d’été et y répondent. Nos propres aspirations étant partagées équitablement entre le plaisir et la facilité, nous décidons de nous séparer, nos compagnons allant tester le terrain de moyenne altitude, tandis que nous optons pour les pistes plus tranquilles.

Non pas que les choses soient vraiment ennuyeuses – notre sentier « peu technique » nous emmène sur deux kilomètres de montagnes russes à travers une succession de spirales serpentines, dont certaines sont assez serrées, qui nous font descendre le flanc de la montagne par des creux et des bosses, avec une brève incursion dans la forêt en cours de route. Nous pensons qu’il s’agit de l’équivalent à vélo de l’une des longues pistes de boarder ou de skier-cross qui, ces dernières années, ont rendu le ski familial plus varié dans de nombreuses stations de montagne (et qui ont été mises à l’échelle pour obtenir le statut de Jeux olympiques d’hiver). En d’autres termes, beaucoup de plaisir, mais pas de danger de mort.

Comparaison des notes

Lorsqu’il se calme enfin, nous nous retrouvons à l’autre extrémité (supérieure) du village, à côté de la luge Mountain Twister, où nous rencontrons les autres et comparons nos expériences. Les sourires sont éloquents : c’est un endroit à ne pas manquer, que l’on soit expérimenté ou que l’on fasse ses premières armes en VTT. Les vélos se sont révélés réactifs, ce qui nous a permis de prendre confiance en nous, et nous passons donc un peu de temps à faire la même chose et à visiter les environs.

Le lendemain, les températures devraient atteindre les 30 degrés et s’y maintenir, de sorte que l’exploration des sentiers forestiers ombragés semble être un bon plan. Nous avons également l’intention de mettre plus de distance sous nos roues et de faire une course vers le Val d’Arly, que nous avons exploré la dernière fois à ski. Cette fois-ci, nous voulons toutefois allonger un peu les choses et parcourir une véritable distance, ce qui signifie que nous montons avant de commencer à descendre. La route menant au point culminant de Bisanne 1500 est une épreuve pour nos jambes peu habituées (et dans des températures en hausse), mais elle ne serait pas trop exigeante si nous avions passé quelques jours à nous assouplir sur des sentiers plus courts.

Une fois que nous avons franchi le sommet, les choses deviennent non seulement plus faciles, mais aussi beaucoup plus intéressantes, tout sentiment d’être dans un paysage aménagé disparaissant tranquillement derrière nous, pour être remplacé par des scènes alpines intemporelles, avec du bétail en pâture, dont les cloches cliquetantes fournissent une bande sonore joyeuse à ce cadre sensationnel. Les vues ici sont vraiment sensationnelles, et nous en profitons avant de plonger dans le monde silencieux et plus fermé des sentiers forestiers qui nous attendent dans la Forêt de Bisanne.

Entre les pins

Il y a quelque chose de magique à se trouver dans une grande forêt de montagne que l’on n’expérimente tout simplement pas à des altitudes plus basses, et nous nous délectons de l’exaltation enivrante de descendre presque sans effort à travers une forêt silencieuse entre des rochers escarpés et exposés et des aperçus alléchants des vallées voisines qui défilent dans l’immensité pâle et pastel qui se trouve quelque part au delà des pins et des mélèzes. De temps à autre, nous nous frayons un chemin dans l’un des ruisseaux qui traversent notre chemin, et lorsque des trouées apparaissent dans la couverture des arbres, nous nous arrêtons pour admirer l’environnement et boire un verre.

Lorsque nous sortons enfin de la forêt, la piste fait place à l’asphalte et nous roulons à nouveau en douceur, cette fois sur les pistes en zigzag qui mènent au village de Cohennoz et, quelques kilomètres plus loin, aux Chandelières. C’est la fin de l’été, mais les vallées sont encore une image de fraîcheur verte, contrairement à leurs homologues qui chauffent régulièrement dans les plaines loin en dessous.

Après un parcours luxueux en roue libre, nous approchons du village du Cernix, aussi joli qu’une carte postale, mais complètement désert, car l’heure du déjeuner a sonné. C’est aussi l’endroit idéal pour une pause détente, alors nous nous arrêtons au Télémark, un bar-restaurant à l’allure joyeuse avec une terrasse de tables accueillante, agrémentée de parasols. C’est parfait, tout comme la nourriture (et l’accueil).

Joyeux retour

Le Cernix dispose d’une liaison directe en télésiège à grande vitesse avec le Mont Lachat (1591 m), pour les skieurs qui rejoignent le circuit de l’Espace Diamant, mais pour l’instant nous nous concentrons sur la dernière descente en pente douce vers la station voisine de Crest Voland. Ici, nous faisons une courte pause, cette fois pour vérifier un autre télésiège à grande vitesse, car celui-ci est ouvert en été et semble pouvoir donner un bon coup de pouce à notre retour aux Saisies. En fait, ce serait le cas si nous nous sentions prêts à faire un effort supplémentaire, mais dans la chaleur de l’après-midi, l’idée perd beaucoup de son attrait. Nous continuons donc dans le village pour discuter avec le personnel de l’office du tourisme des horaires de notre option prévue, à savoir un service de bus pour le transport des vélos.

Il semble que nous ayons une heure ou deux à attendre le bus, mais comme nous pouvons imaginer des endroits bien pires pour attendre un bus, nous sommes heureux de passer un peu plus de temps à flâner paresseusement dans le village, avant de nous détendre avec quelques bières fraîches sur la terrasse d’un autre bar. L’emplacement est également parfait, non seulement en face de l’office du tourisme, mais aussi juste à côté de l’arrêt de bus.

Le bus arrive à l’heure et nos vélos sont soigneusement arrimés sur une remorque squelettique, ce qui est rassurant car la suite du trajet se fait parfois à grande vitesse, le chauffeur s’élançant avec fougue sur les tronçons les plus escarpés de la route tortueuse. Il n’y a pas de drame, cependant, et les choses se calment dans la montée vers le col des Saisies, à l’entrée du village. Quelques minutes plus tard, les vélos sont de retour sur le macadam et l’énergie économisée en prenant le bus est mise à profit dans la dernière montée qui nous ramène à notre hébergement. Alors, le verdict ? Pour ce qui est des journées à vélo, nous pensons qu’il n’y a rien de mieux à faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *