Montée à l’Aiguille du Midi
Montée à l’Aiguille du Midi

Montée à l’Aiguille du Midi

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Recommandations pour les stations de ski -
  5. Meilleures stations de ski pour les skieurs intermédiaires -
  6. Montée à l’Aiguille du Midi

Chamonix Mont-Blanc

L’incontournable silhouette de la légendaire Aiguille du Midi se dresse en sentinelle au-dessus de la quasi-totalité de la Vallée de Chamonix. Culminant littéralement à 3842 m, elle est à la fois très haute et hypnotiquement éloignée, mais comme le plus grand téléphérique du monde la rend accessible à tous, qui pourrait y résister ?

L’Arête de l’Aiguille du Midi, recouverte de neige, est un rite de passage éprouvant pour les skieurs qui se dirigent vers des terrains hors-piste comme les Grandes Jorasses, le Glacier des Rognons et la Vallée Blanche, célèbre dans le monde entier.

Le plus grand téléphérique du monde

Chaque année, environ 500 000 personnes répondent à cette tentation particulière en prenant le téléphérique pour découvrir par elles-mêmes à quoi ressemble et comment on se sent là-haut, une histoire à succès qui se reflète dans la zone de départ nouvellement agrandie et aménagée de manière extravagante. En fait, l’ensemble du complexe a atteint une échelle monumentale qui indique clairement que vous allez vivre une expérience que vous n’oublierez pas de sitôt. Dès le départ, le trajet ne déçoit pas, car le téléphérique roule depuis l’extrémité des bras d’amarrage jusqu’aux câbles géants qui tombent sous leur propre poids entre la station inférieure et le premier pylône d’acier à peine visible au loin sur le flanc de la montagne.

Après une première poussée d’accélération, les voitures s’installent à leur vitesse de fonctionnement, pour la partie inférieure de ce qui sera un trajet en deux étapes, d’environ 10 m/sec. Bien qu’il s’assouplisse brièvement pour passer au-dessus des pylônes de soutien, le passage par-dessus crée une sensation de balancement significative qui amuse les passagers peu méfiants. Pour le reste, le trajet se fait en douceur, avec une faible sensation de vitesse jusqu’à ce que la voiture descendante passe à une vitesse de fermeture impressionnante d’environ 20 m/sec.

Deuxième étape : plus haut et (beaucoup) plus raide

La partie supérieure du premier étage s’aplatit à l’approche de la station intermédiaire de 2317 m, où les passagers passent dans la deuxième voiture, pour un trajet véritablement épique jusqu’au sommet. Cette fois, la vitesse d’exploitation est plus élevée, 12,5 m/sec, une augmentation qui ne semble pas très significative jusqu’à ce que vous dépassiez la voiture descendante, qui disparaît en un clin d’œil. Impressionnant.

Cependant, il est bientôt dépassé de manière convaincante, alors que le trajet final se rapproche de plus en plus de la verticale, et que la voiture ralentit à un rythme angoissant lorsqu’elle entre dans le point d’ancrage de la station supérieure, perpétuellement recouvert de glace. Soudain, la douceur de l’été dans la vallée semble bien loin. En quittant l’aire d’arrivée, on pénètre dans le froid desséchant de l’altitude (3777 m) et on s’engage sur un pont vertigineux qui relie la masse centrale des rochers les plus élevés de l’Aiguille. Heureusement, les paysages environnants suffisent à vous faire oublier le vide qui règne en dessous, y compris un premier aperçu du Mont Blanc dans toute sa magnificence enneigée.

Porte d’entrée de la Vallée Blanche

Plus près de nous, il y a quelque chose qui accélérera le pouls de tous ceux qui ont des bases d’alpinisme, même les plus élémentaires. L’Arête de l’Aiguille du Midi, recouverte de neige, est un rite de passage éprouvant pour les skieurs qui se dirigent vers des terrains hors-piste comme les Grandes Jorasses, le Glacier des Rognons et la célèbre Vallée Blanche – un itinéraire glaciaire de 22 km (avec près de 2000 m de dénivelé) qui culmine au terminus du train du Montenvers.

Au-delà du pont, au cœur de la vaste flèche rocheuse de l’Aiguille elle-même, se trouve un réseau de passages dont les panneaux indiquent aux visiteurs les terrasses d’observation, une cafétéria, un restaurant et l’inévitable boutique de souvenirs.

Dans la direction opposée, cependant, se trouve un passage caverneux signé  » Sortie Vallée Blanche « , qui donne une impression de dureté, culminant dans quelque chose qui ressemble à un grotto de glace et débouchant sur un panorama époustouflant sur la célèbre arête. À ce stade, la seule chose qui sépare les imprudents d’une longue chute au fond de la vallée est un petit portail en fer avec un panneau proclamant sévèrement :  » Accès Interdite aux Pietons « . Vous êtes prévenus.

En effet, des non-skieurs empruntent régulièrement cet itinéraire, mais l’accès à la haute montagne à tout moment nécessite évidemment un équipement spécial (notamment les crampons qu’il est vivement conseillé d’utiliser même pour les skieurs) et les services d’un guide de montagne expérimenté. Tout près de la sortie se trouve le point de départ d’une autre expérience exceptionnelle, le Panoramic du Mont-Blanc Italia. Cette télécabine pulsée traverse la frontière franco-italienne pour rejoindre la Pointe (ou Punta) Helbronner, à 3462 m au-dessus de Courmayeur, dans la Vallée d’Aoste.

Téléphérique de l’Aiguille du Midi

  • Le plus haut téléphérique du monde, il grimpe à 3777 m d’altitude.
  • Six terrasses offrent des vues spectaculaires.
  • Un ascenseur permet d’accéder à la terrasse du sommet, à 3842 m.
  • Le vide : une boîte en verre suspendue au-dessus de 1000 mètres ou plus de… rien.
  • Les skieurs empruntent l’Arête de l’Aiguille du Midi pour descendre la célèbre Vallée Blanche et d’autres itinéraires hors-piste.
  • Le téléphérique peut transporter 100 personnes.

Mont Blanc

La haute montagne est un environnement éprouvant, et au fil des ans, d’innombrables personnes ont succombé aux défis, ce qui a entraîné la création d’une série de refuges de haute altitude célèbres offrant un abri, un rafraîchissement et un hébergement de base, notamment à ceux pour qui un départ avant l’aube est une condition préalable pour atteindre le sommet du Mont-Blanc. Bien visible depuis les points de vue les plus au sud, le Refuge des Cosmiques (3613 m), dont la proximité avec l’Aiguille du Midi en fait une base de départ très appréciée. Il se blottit dans les rochers de façon rassurante, mais caché de la vue se trouve le genre de chute abrupte qui vous rappelle que rien n’est jamais tout à fait ce qu’il semble être dans ce genre d’environnement.

Au-delà du refuge, et le reléguant presque à l’arrière-plan, se dessine l’immanquable silhouette du géant enneigé connu dans le monde entier sous le nom de Mont-Blanc. Son immensité est difficile à saisir, d’autant plus que son sommet dépasse de près de 1000 mètres celui de l’Aiguille. À première vue, il semble distant et inattaquable, mais la plupart du temps, lorsque vos yeux s’adaptent aux niveaux de lumière, il est possible de distinguer les traces de ceux qui ont marché pour se mériter un exploit personnel en atteignant le lointain sommet. Mais à quelle distance exactement ? La carte indique que les deux sommets sont distants d’environ 23 km, mais en montagne, il n’y a jamais d’itinéraire direct, et si l’on tient compte de l’ascension éprouvante pour les poumons, on commence à avoir une idée du type de défi à relever.

Ce qu’ils viennent chercher : des vues imprenables

Les points de vue à couper le souffle ne manquent pas. En cas de froid, une galerie d’observation intérieure (l’Espace Mont-Blanc) permet d’admirer les sommets environnants, mais pas moins de six terrasses panoramiques extérieures permettent de prendre le pouls de l’ensemble, avec une vue à 360°. Les photos et les vidéos que vous avez pu voir ne vous préparent en rien à l’émotion que procure le fait de se trouver sur le toit du monde.

Accessible, mais loin d’être apprivoisé

Quant à l’Aiguille du Midi, ces téléphériques musclés l’ont peut-être rendue accessible à toute personne munie d’un billet, mais quelles que soient vos attentes, cet endroit extraordinaire vous coupera toujours le souffle. Lorsque vous redescendrez sur la terre ferme, toutes les idées que vous auriez pu avoir sur le fait que les hautes montagnes ont été en quelque sorte apprivoisées par leur accessibilité apparente auront été dissipées de manière convaincante. Il s’agit toujours d’endroits sauvages et potentiellement dangereux, ce qui vous rassurera peut-être autant que nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *