…comme s’il n’y avait pas de lendemain
…comme s’il n’y avait pas de lendemain

…comme s’il n’y avait pas de lendemain

  1. Serial Riders -
  2. Casques de ski et sécurité avalanche par taille -
  3. …comme s’il n’y avait pas de lendemain

La semaine dernière, j’ai eu la chance d’assister à la première londonienne du film de Warren Miller de cette année, …Like There’s No Tomorrow. Wintervention, le film de l’année dernière, ayant été une véritable tuerie, …Like There’s No Tomorrow avait beaucoup à se faire pardonner.

Comme on pouvait s’y attendre, Warren Miller ne nous a pas déçus avec le film de cette année. Grâce aux chutes de neige épiques de la saison dernière, à une habileté incroyable, à des histoires réconfortantes centrées sur des légendes comme Tom Day et, bien sûr, à la bonne humeur, le film a été un véritable plaisir.

En plus du superbe film proposé, le Warren Miller Tour a été l’occasion de s’amuser comme on peut s’y attendre de la part des réalisateurs. Pendant l’entracte, des prix offerts par les principaux sponsors, dont une paire de skis Rossignol, une veste Columbia et des équipements pour l’équipe de tournage de Warren Miller, ont été distribués. Les employés de Nissan, le sponsor principal du film, semblaient avoir apprécié l’hospitalité d’avant-film et n’ont pas cessé d’applaudir pendant la pause.

… Like\’s There’s No Tomorrow entre rapidement dans l’action avec un voyage dans l’Himalaya indien. La skieuse de grande montagne Lynsey Dyer et le célèbre héli-guide d’Alaska Lel Tone nous emmènent dans ces montagnes magiques. De vraies premières descentes sur d’immenses faces, suivies de sublimes descentes dans les arbres, qui ne dépareilleraient pas dans une station japonaise, ouvrent l’appétit. Après s’être attaquées aux énormes lignes et aux sections jamais skiées des montagnes, les filles se dirigent vers la station locale de Gulmarg pour présenter la scène de ski basique mais dévouée du pays, tout en donnant quelques conseils aux locaux.

Une autre section marquante du film est le voyage dans le jardin d’Andreas Hatweit\ à Sudndalen, en Norvège. Le skieur freestyle a construit un parc de classe mondiale littéralement dans son jardin et le film montre une sélection de skieurs de haut niveau, dont Jossi Wells et James Woods de Britain, en train de s’entraîner dans le parc de jour et sous des projecteurs. C’est assez fou et il faut le voir pour le croire. C’est bien mieux que tout ce que j’ai pu voir à l’extérieur d’un hébergement saisonnier dans les Alpes !

La section du Monashee consacrée au Yéti est sans doute ma préférée. Elle commence par la déclaration du skieur Andy Mahre : \La clé de la vie est de vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Si vous êtes assis sur votre canapé, il est évident que vous ne faites pas de poudreuse, alors peut-être devriez-vous sortir de votre canapé. La section où Mahre et Tyler Ceccanti montrent la poudreuse folle, les lignes de coussins sans fin et le ski qui met l’eau à la bouche à partir de l’infâme Monashee Lodge de BC\. Et si la beauté du ski ne suffisait pas, il y a aussi une intrigue secondaire impliquant un yéti qui harcèle Mahre et lui fait prendre ses lignes en traître.

Le Rahlves Banzai Tour est une pure folie, rien de moins. Imaginez un skier-cross sans règles et vous obtiendrez la descente Banzai. Il s’agit essentiellement de quatre skieurs ou snowboarders et du premier à atteindre le fond, les chutes, les bousculades et les coupures font partie du carnage. Comme le décrit l’un des participants : « [Vous] allez aussi vite que vous le pouvez, vous descendez le terrain le plus sinueux que vous puissiez trouver et vous espérez arriver en bas. Brillant.

Le film se termine sur une note mitigée avec un voyage en Alaska. La section Alaska commence avec la famille Point North Heli-skiing, décrivant ses fondateurs Kevin et Jessica Quinn, ainsi que leur nouveau bébé. L’équipe se rend ensuite dans les montagnes Chegach avec Seth Wescott, Tim Durtschi et Kip Garre, mettant en valeur l’incroyable terrain escarpé et profond qui s’offre à eux.

La section rend ensuite hommage à Kip Garre, après avoir informé le public de sa mort dans une avalanche l’hiver dernier. Cette section émouvante met en valeur le ski fantastique de Garre et son amour de la montagne, ainsi que l’hommage que lui rend Seth Wescott. La section, et avec elle le film, s’achève sur la citation de Wescott, qui est aussi l’influence du titre : « Ce qui va se passer demain n’a pas d’importance parce que vous vivez le moment présent… et vous êtes totalement absorbé par ce moment… et vous aimez être là et être présent comme ça ». Les gens qui s’engagent dans ce style de vie en profitent… comme s’il n’y avait pas de lendemain.

…Comme There’s No Tomorrow, il s’agit de skier en gardant cela à l’esprit, au lieu d’aborder chaque descente en pensant à la prochaine, il s’agit de profiter de chaque minute sur vos skis et votre snowboard comme s’il s’agissait de la dernière. De tous les films que j’ai vus cette année, le dernier de Warren Miller est celui qui me fait le plus languir des montagnes. Je sais que je ne ferai qu’un seul voyage cet hiver, mais je traiterai chaque jour comme si c’était le dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *