L’art du vol
L’art du vol

L’art du vol

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances au ski pour les débutants -
  6. Liste de contrôle des bagages pour les vacances de ski -
  7. L’art du vol

Hier soir, la tournée mondiale de L’art de voler est arrivée à Londres pour la première britannique au BFI IMAX, le plus grand écran HD d’Europe. Bien que le film soit disponible à la vente depuis quelques semaines, la grande majorité des personnes présentes dans la salle avaient attendu de pouvoir regarder L’art du vol sur grand écran, et aucune d’entre elles, moi y compris, n’a été déçue.

L’événement a commencé dès l’arrivée à l’IMAX, où les filles qui vous accueillaient à la porte, vérifiaient vos billets et vous aidaient de manière générale, étaient toutes habillées en hôtesses de l’air Red Bull. Une fois devant l’écran géant, Tim Warwood nous a présenté le film, sous les traits d’un pilote de la Première Guerre mondiale, avant de présenter et d’interviewer Travis Rice, l’homme à l’origine du film. En découvrant que la plupart des gens avaient attendu pour voir son film, l’excitation est montée d’un cran et a culminé lorsqu’un fan (notre responsable de la facturation et de la billetterie) a offert une bière à Rice, qu’il a terminée en une seule sous les applaudissements et les acclamations de la foule.

La salle s’est alors obscurcie et le film a commencé…

The Art of Flight s’ouvre sur Travis Rice qui évoque l’ère numérique dans laquelle nous vivons et le monde de l’information de seconde main dont nous faisons partie, en ajoutant qu’il est parfois nécessaire de vivre les choses par soi-même. La séquence d’ouverture le montre traversant l’aéroport et l’équipe de production nous donnant un aperçu de l’incroyable tournage en HD auquel nous allions assister.

Puis bang – l’équipe est en Alaska, Rice est déposé au sommet d’une crête et l’hélicoptère décolle, montré dans une incroyable vitrine de ralenti HD, avec l’hélicoptère se retournant à 90°, avant de se diriger verticalement vers le bas de la falaise. La salle était silencieuse… la foule était déjà en admiration devant ce que nous allions passer l’heure suivante à regarder.

Ce film est vraiment incroyable, et plutôt que de vous le gâcher, je vais vous laisser le regarder, mais voici quelques moments forts à savourer.

Le premier voyage de l’équipe au Canada est incroyable, montrant à quel point la montagne est dangereuse et que tout snowboarder, aussi célèbre et compétent soit-il, doit respecter son environnement. La section les montre en train de tester les conditions et de déclencher avalanche après avalanche, avant de trouver une ligne qu’ils pensent sûre, mais Mark Landvik est emporté en bas de la montagne par une autre avalanche. Bien qu’il s’en soit sorti, il était à la fois contrarié d’avoir été emporté en bas de la montagne et de s’être mis dans cette situation en premier lieu.

La partie où Travis Rice se rend en Patagonie vous tiendra en haleine, car ils poussent le niveau de sécurité au-delà des limites de la normalité, pour obtenir une ligne folle dans une zone que les locaux décrivent comme « où vit le diable » : « où vit le diable ».

Le film ne se limite pas à la sécurité. Les sections où l’équipe se rend à Jackson Hole et à Revelstoke sont les plus amusantes, avec des gars qui accrochent des arbres en plein vol, qui font d’énormes figures et qui atteignent des lignes qui donnent l’impression que ce sport est amusant – avec certaines sections à Revelstoke qui semblent pouvoir être parcourues par de simples mortels comme nous.

The Art of Flight repousse les limites du snowboard et, bien qu’il n’ait pas le style de l’histoire de That’s It, That’s All, il s’agit véritablement d’un chef-d’œuvre. À la fin du film, le caméraman se tourne vers Jeremy Jones dans sa section et Jeremy résume parfaitement ce que ce film vous fera ressentir : \Travis est l’avenir du snowboard, et l’avenir, c’est maintenant. Si vous ne possédez pas ce film, allez sur iTunes et téléchargez-le ou achetez un lecteur Blu-ray, car c’est pour cela que la HD a été créée.

Je doute qu’il y ait jamais un film qui me donne plus envie d’enfiler mon snowboard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *