Absinthe Films’ Resonance Première britannique
Absinthe Films’ Resonance Première britannique

Absinthe Films’ Resonance Première britannique

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Festivals et événements de ski -
  5. Absinthe Films’ Resonance Première britannique

La nuit dernière, Absinthe Films a présenté son dernier film, Resonance, au Royaume-Uni, en donnant le coup d’envoi de l’avant-première avec des riders de renom, Danny Kass et Sylvain Bourbousson. Nous avons été invités au Coronet Cinema et au Notting Hill Arts Club pour une soirée de snowboard, de port de bonnet et de consommation de bière.

Les premières de films de Snowsports sont toujours amusantes et chacun a sa propre façon de faire. Red Bull aime les vitrines IMAX spectaculaires, Warren Miller aime se rendre à Leicester Square et Absinthe a opté pour un coin arty de Londres, tout en donnant l’impression d’être dans une station de ski. Partout où l’on regardait, il y avait des jeans serrés, des t-shirts amples et des bonnets, et Danny Kass ne pouvait pas ressembler davantage à un snowboarder stéréotypé (aux yeux des skieurs) s’il essayait.

Bien entendu, cela a parfaitement préparé le terrain pour le film. Resonance suit une formule qu’Absinthe Films a perfectionnée, qui consiste à rendre le snowboard amusant. Ils ont beau faire des figures surhumaines, des lignes insensées et des rails de 68 marches, cela a l’air amusant – complètement irréalisable, mais amusant.

Danny Kass (au centre), avec Laura et Nick de notre équipe de ski

Resonance n’a pas tenté de se vanter d’une approche innovante, d’un budget Red Bull ou de destinations lointaines, mais il capte votre imagination. Les favoris de l’absinthe, Romain de Marchi, Mikey LeBlanc et Travis Rice, ont été remplacés ces dernières années par des riders plus jeunes, tout aussi impressionnants et outrageusement bons, Bode Merrill et Cale Zima, ce qui permet aux films de conserver leur fraîcheur. Le nombre de fois où l’on peut voir Mikey LeBlanc démolir un snowboard après un largage de bombe ou attacher des fixations à une luge est limité.

Pour moi, la section la plus marquante de Resonance est celle de Bode Merrill. On a l’impression de regarder un pote jouer sur sa Playstation quand Merrill se lance dans un énorme back country booter, complètement inversé et en tweakant son grab, avant de se rendre compte qu’il fait tout ça sur un seul pied – sur un seul pied, vraiment ! Bode Merrill pratique le one-footed trick depuis un certain temps, mais les énormes hits qu’il fait maintenant et les tricks stylisés lui permettent d’atteindre un nouveau niveau. C’est un peu comme s’il avait jeté un coup d’œil à la scène du double/triple-bouchon et du 1440, levé deux doigts et dit : « Ouais, mais je parie que tu ne peux pas faire ça ».

Cale Zima est en train de devenir l’un de mes favoris et il donne du fil à retordre à Mikey LeBlanc avec son riding urbain. Il y a une section où il fait un bomb drop et glisse sa carre talon le long d’une grille verticale – je ne lui rends pas justice ici – ce qui est à la fois fou et dégoûtant, car on se demande comment il a réussi à le faire. Dieu seul sait comment Zima a encore toutes ses dents – son approche du snowboard urbain est terrifiante, à la limite d’un face plant douloureux la plupart du temps.

Le film se termine par une double section de Nico Müller, que vous soyez skieur, snowboardeur ou même snowbladeur, il n’y a pas un amoureux de la neige qui n’apprécie pas de voir cette légende vivante déchirer l’arrière-pays. Des lignes de poudreuse, des histoires de coqs et des figures de style où l’on peut vraiment voir ce qu’il tente. Il m’arrive parfois de ne pas voir David Benedek, mais Nicolas Müller comble cette lacune, et même plus.

Resonance est un autre film fantastique d’Absinthe Films qui donne envie de s’ouvrir une bière, de s’asseoir et de se détendre pendant une heure. Dès la fin du film, vous planifierez votre prochain voyage sur votre planche. Chapeau à Patrick Armbruster et Justin Hostynek pour avoir rendu un autre automne supportable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *