Visite guidée du Beaufortain
Visite guidée du Beaufortain

Visite guidée du Beaufortain

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances au ski pour les débutants -
  6. Est-il plus facile d’apprendre à skier ou à faire du snowboard ? -
  7. Visite guidée du Beaufortain

Randonnée au cœur des Alpes

Le Beaufortain a conservé toute son authenticité alpine, avec un paysage dominé par les activités pastorales traditionnelles. On y trouve des chalets savoyards typiques des cartes postales et des alpages escarpés où le foin est encore souvent coupé à la main. Le massif abrite des lacs bleu turquoise, des alpages fleuris et des troupeaux de vaches « Tarine », dont les cloches tintent, cliché intemporel des Alpes.

Le Beaufort, « Prince de la Gruyère », est produit ici, à la coopérative, et vaut la peine d’être visité pour apprendre comment il est fabriqué, et pour en acheter pour votre pique-nique ou pour le ramener à la maison.

Le Beaufortain : un mode de vie

Le massif du Beaufortain est situé dans le département de la Savoie en France (adjacent au massif du Mont-Blanc). Il est délimité au sud par la vallée de la Tarentaise, le Val d’Arly et le Nant-Borrant, le point culminant étant Le Rognais à 2995m. Le village principal est Beaufort, niché dans la vallée du Doron. On y trouve toutes les nécessités de la vie, ainsi que quelques hôtels. Le fromage de Beaufort – « Prince de Gruyère » – est produit ici à la coopérative, et cela vaut la peine de le visiter pour apprendre comment il est fabriqué, et pour en acheter pour vos pique-niques ou pour le ramener à la maison.Le Beaufortain possède un certain nombre de grands lacs : le lac de Roselend, le lac de St Guérin, La Gittaz et La Girotte. Ces lacs sont tous endigués et reliés par des tunnels souterrains (assez grands pour y faire du vélo) à des centrales hydroélectriques. Le barrage du lac de Roselend a été construit en 1961.

Le Tour commence…

L’itinéraire décrit part du hameau de Molliessoulaz (il y a un gîte ici) au-dessus de Queige sur l’itinéraire principal d’Albertville à Beaufort. Le sentier quitte Molliessoulaz et monte régulièrement à travers les pinèdes avant d’arriver dans les alpages. À partir de là, le sentier prend de l’altitude et quitte les bois pour arriver sur une crête impressionnante près de la Roche Pourrie. De là, la vue sur la Combe de Savoie et la Basse Tarentaise s’étend devant vous, avec une crête qui monte jusqu’au sommet du Mont Mirantin, puis s’éloigne vers La Grande Journée. L’itinéraire perd alors un peu de hauteur avant de poursuivre en traversée ascendante jusqu’au bien nommé Col des Lacs. C’est le moment de faire une pause pour admirer la vue. L’itinéraire passe maintenant à proximité du lac de Lavouet avant de rejoindre une piste et un sentier qui mènent au col de la Bathie. Au loin, on aperçoit le sommet du Mont-Blanc, d’une blancheur saisissante. Du col de la Bathie, on peut apercevoir le village d’Arêches. Le refuge est situé juste au-dessus des arbres, à proximité de quelques remontées mécaniques en provenance du Planay.

Lac de St Guerin et au-delà

L’itinéraire passe sous le Grand Mont et la Pointe du Dard avant d’atteindre les Chalets des Rognoux. Les eaux turquoises du lac de St Guerin nous attirent et l’itinéraire descend doucement à travers les forêts de pins et les pâturages jusqu’à ses rives. Le sentier monte ensuite régulièrement parmi les alpages pour atteindre le Refuge Econdu (propriété privée) en dessous du Cormet d’Arêche. L’autre alternative est le refuge de la Coire, juste après le col. En quittant le refuge, rejoignez le sentier principal et passez le lac des Fées avant d’atteindre le Cormet d’Arêche (Cormet est le mot local pour un col ou une passe). De là, suivre une piste puis un sentier jusqu’au col du Coin (2398 m).

Pierra Menta et le lac de Roselend

Il est temps de faire une pause pour admirer la vue. À droite se trouve la célèbre Pierra Menta, un pic rocheux spectaculaire qui donne son nom à une célèbre compétition annuelle de ski-alpinisme. Les eaux azurées du lac de Roselend scintillent en contrebas. Notre itinéraire descend maintenant légèrement, la Pierra Menta se dressant avec assurance au-dessus de nous. Il est également possible d’emprunter un itinéraire plus sinueux par le lac d’Amour, qui passe juste à côté de la Pierra Menta, avec toutefois une première descente très raide de l’autre côté. Une fois au col du Bresson (2469 m), on aperçoit le refuge sur un petit promontoire. Le sentier traverse le flanc de la colline et une dernière petite montée permet d’atteindre le refuge du Presset. Niché au bord d’un petit lac et entouré de montagnes, c’est un endroit idéal pour passer la nuit.

Au-dessus du Cormet de Roselend

En longeant le lac, une courte montée mène au col du Grand Fond, avec l’Aiguille de la Nova (2890 m) dominant l’horizon et la Combe de la Neuva s’étendant en contrebas. L’itinéraire suit la vallée et les crêtes montagneuses se dressent en sentinelle de part et d’autre ; guettez les chamois et les bouquetins. En arrivant à une petite prise d’eau, on prend un chemin qui contourne la colline jusqu’au Cormet de Roselend, l’un des célèbres cols du Tour de France et qui fait partie de la Route des Grandes Alpes. La route de gauche redescend vers Albertville ou Bourg St Maurice. En traversant la route, nous prenons une piste qui se rétrécit rapidement, tandis que nous nous dirigeons vers le Col de la Sauce (2307m) et évitons de suivre la route du Plan du Lai. Du Col de la Sauce, nous suivons de près la crête des Gittes sur un sentier taillé dans la roche avant la première guerre mondiale par des soldats qui ont laissé un témoignage durable de leurs efforts par des mémoriaux gravés. L’étape de la nuit est maintenant en vue – le Refuge du Col de la Croix du Bonhomme, un grand refuge moderne qui dessert également le Tour du Mont-Blanc.

Entre sommets et glaciers

L’itinéraire est maintenant commun avec celui du Tour du Mont-Blanc, passant par le Col du Bonhomme avant de descendre vers La Balme. Cependant, avant d’atteindre La Balme, le sentier s’écarte et passe sous le col de la Fenêtre, l’aiguille de Roselette et, en face, les sommets satellites et les glaciers du Mont-Blanc qui dominent la ligne d’horizon. Après avoir traversé un champ de blocs, le sentier recommence à monter et atteint bientôt les Chalets de Roselette (refuge) sous le col du Joly, avec la vallée des Contamines en contrebas.

Suivre brièvement la large crête avant d’emprunter un sentier qui s’accroche au flanc de la colline sous l’Aiguille Croche et débouche à nouveau sur la crête près du Col de Véry. L’itinéraire passe ensuite par le Mont de Vores (facultatif) ou à proximité, puis par le Mont Clocher en suivant la large crête en dos de baleine qui domine le Val d’Arly et la vallée de Hauteluce.

Les Saisies : une terre d’accueil olympique

Le dernier tronçon passe par le Chard du Beurre, au-dessus de la station des Saisies, jusqu’au Chalet de Lachat. Les Saisies ont accueilli le biathlon et d’autres épreuves de ski de fond lors des Jeux olympiques d’hiver de 1992. Le Tour du Beaufortain se poursuit, principalement dans les pinèdes, sous le Mont Bisanne avant une descente abrupte dans une forêt de plus en plus feuillue, pour revenir à notre point de départ, dans le village de Queige.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *