Entretien avec Marcus Brigstocke, star du Jump.
Entretien avec Marcus Brigstocke, star du Jump.

Entretien avec Marcus Brigstocke, star du Jump.

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances au ski pour les débutants -
  6. Liste de contrôle des bagages pour les vacances de ski -
  7. Entretien avec Marcus Brigstocke, star du Jump.

« Faites attention aux conclusions que vous tirez sur des personnes que vous n’avez jamais rencontrées. J’ai regardé la liste des personnes et je me suis dit : « Vous êtes sérieux ? Tout ça pendant un mois ? En fait, j’ai un peu honte de cela ».

Comme la plupart des humoristes, le comique Marcus Brigstocke, passionné de snowboard, n’est pas connu pour ses remarques franches et philosophiques. Beaucoup reconnaîtront le satiriste en série dans Have I Got News For You ou Love Actually, tandis que les amateurs de ski et de comédie le connaissent peut-être pour avoir créé l’Altitude Comedy Festival à Mayrhofen, en Autriche, près d’Innsbruck, où se déroule The Jump, qui connaît un énorme succès.

Il semble que le nouveau spectacle fasse ressortir un côté merveilleux et plus doux de lui, que l’on voit rarement chez les comédiens professionnels. Manifestement inspiré par son expérience, il a tenu à me raconter l’histoire de sa familiarité avec les sports de neige avant de rejoindre l’émission.

« Tu sais, j’ai fait du ski il y a des années, et j’ai tout arrêté pour faire du snowboard, ce qui est plus facile et plus amusant. De gros chaussons spongieux, un seul équipement dont il faut se préoccuper… »

« Il y a eu un jour qui a été à la fois dévastateur et génial. Mon fils de 9 ans avait travaillé très dur toute la semaine à l’école de ski de Val d’Isère. Je vais te faire descendre The Face, l’une des plus belles descentes de tous les temps. J’ai commencé à prendre de la vitesse et il m’a suivi. Alors que j’allais à peu près aussi vite que possible, il m’a dit ‘je peux y aller maintenant papa ?’ et il m’a dépassé. C’est dévastateur.

Les candidats, dont Amy Childs, fille de l’Essex, et Steve Redgrave, héros olympique, se sont entraînés dur avec Warren Smith et Amy Williams, ancienne coureuse de skeleton de l’équipe de Grande-Bretagne. Les célébrités sont mises à l’épreuve dans des disciplines de sports d’hiver, notamment le ski alpin et le skeleton bob, un sport effrayant qui consiste à glisser sur un parcours la tête la première. Mais le plus effrayant est apparemment le « saut » lui-même.

« The Jump est une expérience hors du commun en termes d’effroi. Si vous skiez, vous avez probablement fait de petits kickers ou de petits sauts hors-piste, et peut-être frappé une bossette avec un peu d’enthousiasme. C’est différent. Vos skis sont encastrés dans des rails et vous ne voyez rien de ce sur quoi vous allez atterrir tant que vous n’êtes pas au-dessus et en l’air. Je ne suis pas un drogué de l’adrénaline ou quelque chose comme ça… » « Quand j’ai atterri, j’ai donné un coup de poing dans l’air, et dès que j’ai été seul, j’ai senti des larmes couler sur mon visage. Je me suis transformé en gelée et j’ai commencé à pleurer. Contrairement à beaucoup d’autres candidats, j’ai toujours peur du saut, d’une manière très viscérale.

« Darren Gough, Laura Hamilton et Anthea Turner deviennent rapidement de très bons sauteurs. Sinitta a mis des skis à ses pieds pour la première fois il y a quelques semaines, et elle n’a pas hésité à sauter. C’est une femme charmante, mais ce n’est pas une casse-cou, une accro à l’adrénaline ou quoi que ce soit d’autre – elle le fait avec une détermination tranquille. Il en va de même pour Amy Childs, star de la téléréalité. Elle a appris à skier il y a quelques semaines. Le premier jour, elle a chaussé des skis de vitesse et son entraîneur lui a dit : « pointe vers le bas, rentre dans ton dos, augmente ta vitesse », et elle a tout simplement réussi. La vidéo que vous voyez d’elle en train de faire ‘oh mon dieu, oh mon dieu’ – elle fait beaucoup mieux que ça ».

La simple pensée de Sinitta ou d’Amy Childs s’envoyant un scorpion dans la tête ou s’écrasant sur la neige peut sembler être de l’or comique pour certains téléspectateurs ricanant. Mais pas pour Brigstocke, qui semble s’être pris d’affection pour son nouveau groupe de copains.

« Je ne suis pas ici pour recueillir des informations sur les personnes présentes. Je serai curieux de voir comment le fait d’affronter ses peurs influencera les prochains spectacles de stand up que je donnerai. »

« Le stand-up, c’est explorer des idées sans crainte, mais c’est un peu différent du danger physique. Mais oui, il y aura certainement du matériel, ne serait-ce qu’en référence à la combinaison de course qu’ils m’ont fait porter. Ce n’est pas très esthétique pour un homme de ma taille ».

Pour de nombreux fans d’Altitude, ce « nouveau matériel » pourrait faire son apparition au prochain festival en mars.

« J’ai hâte d’y être. Une bande de clowns dans les montagnes, sautant sur nos planches le jour, sautant sur scène le soir… Je ne m’occupe plus de l’aspect commercial d’Altitude, ce qui me convient mieux. Je suis très fier que le festival existe. Il s’adresse aux skieurs et aux amateurs de comédie.

Mais le plateau n’a pas été qu’une partie de plaisir. Les téléspectateurs ont peut-être été déçus de voir que certains candidats manquaient à l’appel lors de l’émission en direct de dimanche soir.

« Il y a quelques blessures dont je ne peux pas vous parler, parce que nous ne sommes pas sûrs de l’impact qu’elles auront sur la participation au spectacle. Mais je peux vous dire que Sam Jones (Flash Gordon) a dû se faire reconstruire toute l’épaule. Ensuite, nous avons deux os cassés, peut-être trois, des contusions comme je n’en ai jamais vu sur personne, et une rupture des ischio-jambiers, mais je peux vous confirmer que je suis en bonne forme.

Blessures mises à part, il semble que l’émission ait réuni un groupe de célébrités mal assorties, dans ce qui pourrait s’avérer être un grand moment de télévision. Je demande à Brigstocke ce qu’il a appris depuis le début de l’émission ;

« Sur une note plus sérieuse, les peurs surmontées vous font vous sentir très bien et ces choses-là valent la peine d’être poursuivies. D’un point de vue plus philosophique, il faut faire attention aux conclusions que l’on tire sur des personnes que l’on n’a jamais rencontrées. J’ai regardé la liste des personnes et je me suis dit : « Vous êtes sérieux ? C’est pour un mois ? En fait, j’en ai un peu honte. Ce sont des gens vraiment géniaux. J’ai partagé avec eux des moments profonds où j’ai surmonté de véritables peurs. Oh, et j’ai appris à faire du skeleton bob ».

…et la question d’or. PEUT-IL GAGNER ?

« C’est possible. Je ne suis pas un très bon sauteur. En fin de compte, c’est comme ça que ça se passe. Dans les autres disciplines, je suis dans le top 3. Jouer pour gagner, ce n’est pas ce que font les gars cool. Je veux gagner, je veux aller en finale.

Par Danny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *