Avis sur la station de Samoëns
Avis sur la station de Samoëns

Avis sur la station de Samoëns

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances de ski en famille -
  6. Ski avec les juniors -
  7. Avis sur la station de Samoëns

Situation : Le Grand Massif, Haute-Savoie, Alpes françaises

L’altitude modeste et l’absence d’ascensions tortueuses en épingle à cheveux font de Samoëns l’une des bases les plus accessibles pour quiconque envisage de skier dans le Grand Massif, déjà très commode.

Des chutes de neige importantes et rassurantes, ainsi qu’un transfert d’une heure depuis l’aéroport de Genève (ou l’une des routes les plus faciles vers les Alpes depuis le Royaume-Uni) en font un choix de plus en plus populaire auprès des skieurs britanniques soucieux de la qualité.

Le domaine skiable

  • Un système de remontées mécaniques performant permet aux skieurs de tous niveaux de découvrir le Grand Massif.
  • Une expérience de ski de qualité.
  • Des zones sécurisées pour les débutants et des pistes douces pour progresser.

Le ski dans le Grand Massif est varié, avec quelque chose pour à peu près tout le monde, y compris les fans de croisière expérimentés et avides de kilomètres, qui apprécieront Les Cascades, avec 14 km de la plus longue piste bleue d’Europe.

Des investissements soutenus dans les infrastructures ont permis de mettre en place un système de remontées mécaniques très performant qui facilite les déplacements (même si Flaine, au cœur de la région, peut présenter quelques goulets d’étranglement en fin de journée en haute saison).

Il y a également un vaste terrain de cross-country, des traîneaux à chiens et des randonnées guidées en raquettes à neige (y compris des randonnées nocturnes dans un chalet de montagne pour une dégustation de vin ou un repas traditionnel savoyard).

La station de ski

  • Samoëns est une communauté vivante et active.
  • L’hébergement se fait soit à proximité de la remontée mécanique du Grand Massif Express, soit dans le centre du village.

Samoëns est une communauté qui vit, travaille et vit toute l’année, ce qui signifie qu’elle a les pieds sur terre et qu’elle évite jusqu’à présent tout sentiment d’exclusivité, malgré quelques boutiques chics. L’atmosphère est détendue et accueillante, d’autant plus que le centre est devenu entièrement piétonnier.

Mais contrairement aux villages de ski d’altitude, il ne faut pas s’attendre à se promener (et encore moins à skier) jusqu’au front de neige. L’accès principal au domaine skiable se fait par la puissante télécabine du Grand Massif Express, qui transporte les skieurs en douceur jusqu’à 1589 m d’altitude en 8 minutes.

Ces dernières années ont vu une augmentation des hébergements haut de gamme, notamment des appartements CGH, des chalets de luxe et une quatrième étoile bien méritée pour le populaire Hôtel Neige et Roc. Un nouveau Club Med tout compris a ouvert ses portes en décembre 2017 à Samoëns 1600. Le charme de l’ancien s’étend au célèbre jardin botanique alpin La Jaÿsinia, créé ici en 1905.

Pourquoi skier à Samoëns ?

Samoëns propose une offre haut de gamme de ski complet avec un hébergement de grande qualité pour une clientèle exigeante qui apprécie l’ambiance d’un village de montagne savoyard traditionnel. La station est particulièrement adaptée aux débutants et à ceux qui ne recherchent pas le hors-piste pur et dur, car elle offre des kilomètres de belles pistes bordées d’arbres.

Sa popularité croissante est une indication fiable que Samoëns fait quelque chose de bien. Le village reste plein de charme et d’authenticité tout en offrant des services de qualité et, bien sûr, un accès rapide au ski.

Handiski…

  • L’association Samoëns Handi-Glisse peut vous aider à organiser vos vacances www.samoens-handiglisse.com
  • Un large éventail de matériel de ski peut être prêté gratuitement.
  • Concessions sur le forfait des remontées mécaniques du Grand Massif.
  • La liste des ascenseurs accessibles peut être téléchargée sur le site Internet de Samoëns.
  • Toilettes accessibles au Grand Massif Express et à côté du bâtiment ESF.
  • Parking handicapés au Grand Massif Express (7) et à Samoens 1600 (4).
  • Des instructeurs qualifiés.

Les avantages, inconvénients & conseils

Avantages

  • Hébergement et services de qualité.
  • Ski de grande montagne, mais ambiance villageoise authentique.
  • Superbe espace débutants sur un terrain sécurisé à Samoëns 1600. Certains sont exclusivement réservés aux clients du Club Med et à leurs familles, à quelques pas de l’entrée de la station tout compris.
  • L’excellent système de remontées mécaniques permet des liaisons faciles (pistes bleues) avec les autres villages.
  • Service de navette gratuit avec des bus fréquents.
  • Transferts courts depuis l’aéroport de Genève.

Inconvénients

  • Accès skis aux pieds limité à Samoëns 1600, sinon l’accès aux remontées mécaniques se fait par le Grand Massif Express ou par le Vercland tout proche.
  • Les liaisons clés peuvent être encombrées aux heures de pointe.
  • Pas idéal pour ceux qui ont un budget serré.
  • La vie nocturne se limite en grande partie aux restaurants.

Nos conseils

  • Le ski accompagné d’un guide vous permettra de découvrir les meilleurs terrains du Grand Massif.
  • Essayez le nouveau secteur de Coulouvrier – deux nouvelles longues pistes avec télésiège 6 places.

Aperçu : Samoëns

La lumière du jour et les températures chutent lorsque nous quittons l’autoroute de Genève et entamons la douce montée vers Samoëns. Lorsque nous atteignons la vallée, nous apercevons un éclair argenté de forêts enneigées à travers la pénombre qui s’installe. Pour l’instant, tout va bien. Quelques minutes plus tard, nous nous enregistrons à CGH Les Chalets de Laÿssia et transférons les bagages du parking souterrain à l’appartement spacieux qui sera notre maison pour la semaine à venir.

Le lendemain matin, en observant le balcon, nous remarquons un changement dans la ligne d’horizon depuis notre dernière visite à Samoëns, sous la forme d’une grande patinoire couverte. Au-delà, la télécabine du Grand Massif Express sort de son sommeil, prête à hisser les skieurs à flanc de montagne jusqu’à Samoëns 1600, porte d’entrée du vaste domaine skiable du Grand Massif. La remontée est aussi hypnotique que dans nos souvenirs, grimpant à travers les pins et les mélèzes chargés de neige avant d’éclater de façon spectaculaire dans l’immensité soudaine du terrain ouvert qui s’étend sous nos pieds…

Du carburant pour le long terme

Enthousiastes, nous déballons nos skis et montons dans la navette qui s’arrête à côté de la résidence. C’est un service gratuit, mais qui emprunte un itinéraire détourné pour prendre d’autres skieurs avant de nous déposer au pied de la télécabine. Le Grand Massif Express est une impressionnante remontée mécanique de grande capacité qui offre un trajet fluide et parfois presque vertical. C’est un vrai voyage. Huit minutes plus tard, nous quittons le microclimat cocooning de notre cabine pour entrer dans le froid desséchant d’un paysage de neige éclairé par le soleil à Samoëns 1600. Les choses ont beaucoup changé ici récemment, notamment l’ajout, à quelques pas de la remontée mécanique, d’une nouvelle station de ski Club Med.

De Samoëns à Morillon et au-delà

Après avoir enfilé nos fixations, nous nous élançons pour une première descente vers le télésiège six places Chariande Express, le premier d’une série de remontées mécaniques reliant Samoëns à Morillon, Les Carroz, Flaine et finalement Sixt-Fer-à-Cheval (d’où le retour se fait uniquement par navette). Le télésiège offre un trajet plus rapide et plus long que son aîné, le télésiège Chariande 2.

Le trajet est aussi hypnotique que dans nos souvenirs, grimpant à travers des pins et des mélèzes chargés de neige avant d’éclater de façon spectaculaire dans l’immensité soudaine du terrain ouvert qui s’étend sous nos pieds de façon séduisante.

Amélioration des remontées pour Samoëns

C’est une remontée rapide : un peu plus de six minutes et 2,26 km plus tard, nous descendons à la Tête des Saix (2118 m), ce qui ouvre des possibilités à tous ceux qui aiment parcourir une certaine distance. Nous n’avons que l’embarras du choix, avec des descentes rouges et bleues qui nous ramènent dans la forêt jusqu’aux villages voisins. Si l’enneigement est bon, il est également possible de revenir à ski au pied d’une antique télécabine en forme d’œuf qui dessert Vercland, entre Samoëns et Morillon.

Quelque part en bas, à l’abri des marges boisées, se trouvent les villages de Morillon et des Carroz, et si nous continuons tout droit, nous finirons par atteindre Flaine.

Se mettre à l’abri

Nous décidons donc de mettre Flaine en veilleuse jusqu’à ce que les choses se réchauffent un peu, et de tourner à droite pour pointer nos skis vers le terrain de Morillon 1100, l’idée étant de profiter de quelques pistes plus abritées, plus bas dans les forêts.

C’est l’une des grandes joies du ski dans le Grand Massif, qui surprend beaucoup de skieurs lorsqu’ils viennent l’expérimenter pour la première fois, d’autant plus que Flaine (dont une grande partie du terrain se trouve bien au-dessus de la limite des arbres) a toujours eu tendance à attirer l’attention des médias.

Au milieu des arbres

En empruntant une combinaison de pistes bleues et rouges commençant par Perce-Neige et l’Arête, nous descendons paresseusement et dans un quasi-silence bienheureux jusqu’à Morillon 1100, puis nous continuons jusqu’au village principal quelque 400 m plus bas, d’où la télécabine de Morillon nous ramène directement en haut. Nous nous réchauffons bien maintenant et commençons à prendre goût à ces descentes plus tranquilles. Nous nous tournons donc vers le terrain boisé voisin qui vaut la peine d’être exploré au-dessus des Carroz.

Clair et froid (pour l’instant)

Après avoir redécouvert quelques longs bleus et rouges, nous redescendons vers le télésiège 6 places à grande vitesse des Molliets. Au sommet, l’ambiance est beaucoup moins brute, même si les températures restent basses, ce qui maintient des conditions de neige presque parfaites. Nous descendons pour faire une pause juste au-dessus de l’arrivée de la télécabine de Kédeuze, en provenance des Carroz.

Revenir en arrière pour battre le front

Après un déjeuner mémorablement décevant (nous ne reviendrons pas, merci), nous sortons du restaurant pour constater que les conditions se sont détériorées. Nous enfilons donc directement nos fixations et descendons par quelques pistes bleues (Blanchot et Marmottes) jusqu’à la base du télésiège de la Tête des Saix, qui a été inauguré en 2016. Capable de fonctionner à 6m/sec, le musculeux 6 places accélère considérablement les choses pour les skieurs qui se dirigent vers Morillon et Samoëns, ce qui est une bonne nouvelle pour nous, car nous voulons battre la dépression qui approche rapidement et qui, lorsqu’elle arrive, promet de couper la visibilité sur la montagne.

Retour à Samoëns 1600

Lorsque nous descendons au sommet, il suffit de prendre directement une rouge (Marmotte) ou une bleue (Dahu), qui descendent vers Samoëns 1600. Nous connaissons bien le bleu et le suivons jusqu’au télésiège des Damoiseaux pour franchir rapidement la dernière crête avant le Grand Massif Express, alors que la neige tombe en abondance et rapidement. De retour à l’appartement, seules nos jambes connaissent la distance parcourue, mais il est plus facile que jamais de se déplacer. Samoëns est un endroit où nous reviendrons avec plaisir, avec ou sans excuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *