Avis sur la station de La Mongie
Avis sur la station de La Mongie

Avis sur la station de La Mongie

  1. Serial Riders -
  2. Casques de ski et sécurité avalanche par genre -
  3. Avis sur la station de La Mongie

Situation : Grand Tourmalet, Pyrénées françaises

Dans les Pyrénées françaises centrales, sur les flancs du Pic du Midi (2872 m), accessible par un téléphérique à deux étages depuis le village. Bien que la route soit longue depuis les ports transmanche, le voyage est devenu plus rapide et plus facile avec l’ouverture de l’autoroute A65 depuis le sud de Bordeaux jusqu’à Pau. Les transferts sont relativement simples depuis les aéroports de Pau et de Toulouse (et depuis Tarbes TGV pour les voyageurs empruntant le train à grande vitesse).

Le domaine skiable

Le forfait du Grand Tourmalet couvre les domaines skiables de La Mongie (1800 m) et de Barèges (1250 m), qui se trouvent de part et d’autre du col du Tourmalet (2115 m), célèbre ascension du Tour de France. Le terrain du côté de La Mongie se trouve de part et d’autre d’une vallée relativement étroite, ce qui donne une impression de compacité au premier abord. Pour les novices, c’est une bonne chose, bien sûr, avec des zones d’écoles de ski facilement accessibles.

D’autre part, les intermédiaires à la recherche d’opportunités de croisière en catégorie bleue devront prendre le télésiège de l’Espade pour atteindre le secteur nord plus haut dans la vallée, pour une autre remontée jusqu’à quelques descentes raisonnablement longues et pas trop plates à partir de 2500 m d’altitude.

Sinon, et c’est là que cela devient intéressant, passez le col dans la vallée suivante, où les choses s’ouvrent vraiment. Bien que les pistes de retour à Barèges soient assez basses, les équipes des pistes parviennent généralement à les garder ouvertes, et il y a beaucoup de terrain dans le secteur plus élevé de Super Barèges, avec de charmantes descentes à travers les forêts au-dessus de la ville.

La station de ski

Le style original de La Mongie, construit à cet effet, semble dépassé et ne plaira pas à tout le monde, mais chaque saison apporte des améliorations significatives, l’hébergement existant étant modernisé pour répondre aux attentes des visiteurs d’aujourd’hui. Cet effort de modernisation est renforcé par la présence d’appartements indépendants flambant neufs (voir détails dans la rubrique Où séjourner), bien que presque tous les logements soient idéalement situés pour accéder aux remontées mécaniques et aux points de rassemblement des écoles de ski.

Heureusement, l’approche concrète des aspects pratiques de la vie quotidienne s’étend également aux prix rafraîchissants et abordables des menus de midi dans les bars et les restaurants du village.

Pourquoi skier à La Mongie ?

Les skieurs familiaux à la recherche d’une alternative aux Alpes à un bon rapport qualité/prix, sans sacrifier l’altitude. En plus des zones d’accès facile pour les débutants et les premiers intermédiaires, il y a du terrain pour les fans de ski de croisière et pour ceux qui cherchent à améliorer leur jeu sur des pentes raides. Avec le Pic du Midi et la descente freeride depuis le sommet, il y en a vraiment pour tous les goûts.

L’ambiance un peu familiale est plus que superficielle ; c’est un endroit amical, à la fois sur et en dehors de la montagne. Du point de vue du voyage, l’attrait le plus évident est celui des vols à bas prix vers Pau et Toulouse, mais l’option de train à grande vitesse Greener vers Tarbes est également de plus en plus intéressante.

Snowboarding

2 Snowparks

Ski de fond

A Barèges, pistes de ski nordique.

14 km de pistes de ski de fond et de ski nordique

Les avantages, inconvénients & conseils

Avantages

  • Le domaine lié ajoute de la variété.
  • Un bon rapport qualité-prix pour l’hébergement et la restauration.
  • Situation pratique dans le village.
  • Ambiance conviviale et détendue.
  • Le village s’efforce d’améliorer son apparence et cela fonctionne.
  • En raison de l’altitude, les chutes de neige peuvent être étonnamment abondantes.
  • Panoramas de montagne étonnants depuis le Pic du Midi.

Inconvénients

  • La route est longue depuis le Royaume-Uni.
  • Les chutes de neige ne sont pas toujours au rendez-vous.
  • Les terrains en contrebas peuvent être encombrés.
  • Vous passerez pas mal de temps dans les ascenseurs pour atteindre les grands espaces.
  • S’il y a du vent, il faut surveiller les remontées mécaniques de Barèges.

Nos conseils

  • Si vous êtes un skieur compétent, visez haut – et explorez le secteur qui se trouve au-delà du col du Tourmalet.

Aperçu : La Mongie

Les premières impressions sur La Mongie peuvent être quelque peu surprenantes. Non seulement le village est visiblement construit sur mesure, mais son emplacement, à l’extrémité supérieure d’une vallée profonde et largement dépourvue d’arbres, donne une impression d’enfermement. L’avantage est qu’il est relativement abrité, ce qui est rassurant puisqu’un simple coup d’œil aux sommets environnants permet de comprendre pourquoi, au cours d’une saison normale, il peut y avoir ici de sérieuses chutes de neige. Nous en avons eu la preuve lors de notre première visite, il y a quelques années, lorsque d’importantes chutes de neige ont complètement enseveli les panneaux de signalisation qui nous auraient avertis de ne pas garer notre voiture pendant la nuit à l’endroit même où nous l’avions laissée en toute innocence. Le lendemain matin, nous avons été assez surpris de découvrir que la police municipale l’avait enlevée de ce qui s’est avéré être un parking pour autocars et l’avait placée dans un endroit plus sûr – et encore plus surpris que nous n’ayons pas reçu d’amende pour ce délit. C’est un signe que les choses sont manifestement plus détendues ici qu’elles ne le sont habituellement dans les Alpes. Ci-dessous, une longue croisière en catégorie bleue sur Bergers, l’une des descentes les plus mémorables des Pyrénées, notamment parce que la partie supérieure sauvage et escarpée ressemble presque à un couloir relativement inoffensif.

Une autre journée de ski commence

La disposition compacte du village signifie que quelques minutes après avoir quitté notre hôtel, nous nous dirigeons déjà vers le haut de la vallée en empruntant le télésiège de la Chapelle. Ce trajet rapide et presque horizontal constitue une introduction parfaite à la configuration des pistes inférieures, avant de nous laisser tomber entre deux autres remontées mécaniques. L’une d’entre elles, Espade, nous amènerait directement au Col du Tourmalet (2115m), un plaisir auquel nous renonçons en nous dirigeant dans l’autre direction pour skier le secteur nord. A l’heure où vous lirez ces lignes, l’ancienne télécabine de Pourteilh qui, depuis 1969, a transporté d’innombrables skieurs jusqu’à 2248 m, aura été remplacée par un tout nouveau télésiège six places à grande vitesse.

Au sommet, il est possible de skier deux longues descentes en catégorie bleue (dont l’une se divise avant le milieu) jusqu’en bas, ou simplement de skier quelques centaines de mètres et de transférer au télésiège des Quatre Termes pour le final. La suite du trajet, plutôt tranquille, vous emmène à 2500 m d’altitude, le plus haut terrain damé du domaine skiable du Grand Tourmalet. Au-dessus se trouve le Pic des Quatre Termes (2724 m) et en dessous une longue descente en catégorie bleue sur les Bergers, l’une des pistes les plus mémorables des Pyrénées, notamment parce que la partie supérieure sauvage et escarpée donne l’impression de skier un couloir relativement inoffensif. Certains des virages les plus raides peuvent également développer des bosses, ce qui place cette piste à la limite supérieure de sa classification bleue, mais elle est très amusante et nous sommes sincèrement désolés lorsque nous arrivons à la fin de la descente. Avec un séjour plus long, c’est une piste que nous skierons sans aucun doute à nouveau.

Pendant ce temps, de l’autre côté de la montagne

Une fois cette étape franchie, nous sommes libres de prendre le télésiège six places de l’Espade pour monter au légendaire col du Tourmalet, célèbre pour le Tour de France. Au sommet, il y a une forte brise (ce qui n’est pas inhabituel ici) et nous ne passons pas trop de temps à admirer les vues spectaculaires qui s’offrent à nous. Dans des conditions plus calmes, nous aurions pu tourner à droite et prendre une piste verte jusqu’aux téléskis de Coume Lounque I et II, pour atteindre une piste rouge qui traverse une haute vallée dans le secteur sud-est sous La Taoulet (2341m). Ou peut-être un long plongeon en pente noire par Coume l’Ayse en direction de Barèges. C’est ce que nous allons faire de toute façon, bien que dans les conditions actuelles de vent, une piste bleue moins exigeante semble être l’option préférée.

Sous le col, le vent tombe radicalement et notre attention se porte sur la vue qui s’offre à nous. Les choses sont différentes sur ce versant de Barèges ; la vallée est beaucoup plus large et il y a de grandes étendues de forêt sur les flancs de la montagne au-dessus du village, ce qui adoucit le paysage. Notre descente des Isards est rendue plus divertissante que d’habitude par la présence de neige glacée et compactée sous nos skis, mais plus bas, les choses commencent à s’adoucir un peu, et nous pouvons enfin nous détendre et nous remettre à admirer le paysage. Au-delà de la zone d’embarquement du télésiège du Tourmalet (qui assure la liaison retour vers La Mongie par le col), notre descente sur le Bastan, une piste bleue isolée, commence à nous faire sentir que nous avons parcouru une certaine distance, et qu’il y en a d’autres à venir.

Une croisière, ça vous dit ?

À mi-parcours, nous passons devant le téléski de Caoubert, qui offre une montée raide vers deux descentes rouges (plus une bleue) à partir d’environ 1950 m, pour satisfaire les skieurs assidus qui attendent impatiemment que le télésiège de la Piquette soit en vue. Nous l’atteignons là où notre propre piste se termine à Tournaboup (1450m), d’où les possibilités sont encore loin d’être épuisées. Enneigement

Si vous le permettez, il est possible de skier d’ici jusqu’à Barèges sur une croisière douce, classée verte, visible de temps en temps depuis l’itinéraire desservant le Col – sinon, vous pouvez simplement prendre une navette. Malheureusement, nous n’avons pas de chance aujourd’hui ; la prochaine fois, peut-être.

Pour l’instant, nous pensons plutôt aux pistes qui se trouvent dans les forêts sur le flanc de la montagne à notre gauche, et nous prenons le télésiège 4 places du Tournaboup. Alors que la zone novice s’éloigne lentement sous nos pieds, nous montons à travers les arbres et atterrissons dans une grande clairière à environ 1800 m. C’est un endroit idéal pour la Laquette. C’est un endroit idéal pour le restaurant d’altitude La Laquette et il donne accès à un choix de terrains très différents. Partez à gauche et descendez jusqu’au télésiège quatre places de Castillon. Vous atteindrez alors de belles descentes rouges et bleues dans le secteur de la Laquette, pour continuer à plonger dans la vallée du Lienze.

Il est également possible de tourner à droite et d’emprunter un sentier en pente douce à travers la forêt. C’est exactement ce que nous faisons, la récompense de notre curiosité étant un monde préservé, loin de tout, normalement accessible uniquement aux raquetteurs. Nous ne voulons pas que cela s’arrête, alors quand nous atteignons Le Lienz, nous prenons l’un des deux téléskis de l’Etoile jusqu’à 2000 m d’altitude pour une autre piste boisée. Le Pic d’Ayre (2416 m) se profile au-dessus de nous et ses flancs semblent offrir un potentiel hors-piste intéressant, mais comme le temps presse, nous prenons la descente rouge (bien qu’il y ait aussi une noire, qui est étroite et généralement moguée) pour retourner à Le Lienze.

En remontant vers le col du Tourmalet, on découvre non seulement le paysage, mais aussi le ski. Contrairement au rythme de croisière assez doux qui nous a amené dans ce secteur, nous retrouvons le type de progression haut/bas qui est la règle ailleurs, soulignant le type de ski offert au-dessus de Barèges. Mais une fois le col franchi, il ne reste plus qu’à se détendre dans une croisière douce et ininterrompue qui nous ramène à notre point de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *