Avis sur la station de Val Cenis Vanoise
Avis sur la station de Val Cenis Vanoise

Avis sur la station de Val Cenis Vanoise

  1. Serial Riders -
  2. Casques de ski et sécurité avalanche par taille -
  3. Avis sur la station de Val Cenis Vanoise

Situation : Haute-Maurienne, Savoie, Alpes françaises

Au-dessus de Modane, sur l’ancienne route de Turin par le col du Mont Cenis (2081 m) – et le domaine skiable est relié à celui de Termignon.

En hiver, la partie supérieure de la vallée, au-delà de Bessans et de Bonneval sur Arc, est enneigée, ce qui élimine le trafic de transit et crée un cadre attrayant, loin de tout.

Val d’Isère se trouve juste de l’autre côté du col, ce qui signifie qu’une bonne saison donne lieu à d’importantes chutes de neige. Juste en bas de la vallée se trouvent les stations de ski familiales d’Aussois et de La Norma.

Le domaine skiable

  • De nombreux terrains où l’enneigement est assuré, avec des vues panoramiques spectaculaires.
  • Les croisières boisées du secteur de Termignon et les pistes les plus hautes accessibles par téléski méritent d’être explorées.

Val Cenis jouit d’une grande popularité auprès des skieurs depuis bien avant l’ajout de Termignon-la-Vanoise au forfait des remontées mécaniques. La liaison s’est avérée être une décision judicieuse, élargissant l’attrait de la station bien plus que la carte des pistes ne pourrait le laisser supposer. La majeure partie du terrain se situe au-dessus de 2000 m, avec un respectable 2800 m juste au-dessus des 2665 m du Ouillon de la Tomba, au-dessus de Lanslevillard. Les points forts du paysage sont les vues quasi panoramiques sur le lac du Mon Cenis, que l’on peut admirer depuis la piste du Goulet, classée rouge et desservie par le télésiège du Mont Cenis.

Pour ce qui est du secteur de Termignon, la liaison se fait par le téléski 6 places de Turra, après lequel vous trouverez des croisières étonnamment longues, notamment la piste bleue de la Traverse qui descend à travers la forêt jusqu’au pied du téléski. Si vous êtes pressé par le temps, vous pouvez reprendre le téléski, qui transporte les skieurs dans les deux sens. Poursuivez votre route et un télésiège 4 places vous déposera à 2300 m d’altitude pour plus d’options (y compris les pistes très intéressantes desservies par le téléski juste en dessous du Grand Coin (2796 m)).

Enfin, le ski alpin est limité mais étonnamment bon plus haut dans la vallée, à Bonneval (qui n’est pas relié aux remontées mécaniques), et il y a environ 80 km de pistes de ski de fond damées autour de Bessans.

La station de ski

  • Les villages de Lanslebourg, Lanslevillard et Termignon constituent la station de ski de Val Cenis Vanoise.
  • Des logements récents ont été aménagés et les ascenseurs ont été modernisés en conséquence.

Val Cenis Vanoise est centré sur les villages de Lanslebourg, Lanslevillard et Termignon, où l’on travaille toute l’année dans la bonne humeur.

Aussi étendu que cela puisse paraître, en pratique tout se tient bien, et tout doute persistant sur le fait qu’il s’agisse d’un domaine skiable à part entière a été levé il y a quelques saisons par l’ajout d’un hébergement de luxe par le prestigieux promoteur savoyard MGM Constructeur (aujourd’hui géré par CGH). Tous les signes indiquent une montée en gamme régulière (et méritée). Cela dit, le fait qu’il s’agisse toujours d’un village en activité lui permet de garder les pieds sur terre et les prix des repas et des bars restent abordables.

Termignon se trouve plus bas, à 1300 m d’altitude, mais offre une ambiance tout aussi accueillante et sans prétention, avec un bon accès aux pistes grâce au télésiège 4 places à grande vitesse de la Girarde.

Pourquoi skier à Val Cenis Vanoise ?

La présence de la plus longue piste verte d’Europe est une bénédiction mitigée, car si la région est une option très attrayante pour les débutants, on pourrait s’attendre à ce que tout soit un peu plus calme ici. Ce n’est pas le cas : les intermédiaires y trouveront également leur compte.

Le terrain est suffisamment varié pour satisfaire à la fois les amateurs de pentes raides et ceux qui préfèrent se détendre à l’abri d’un cadre naturel et boisé. Comme c’est un bon endroit pour les novices, c’est aussi un choix solide pour les familles et les groupes mixtes, qui apprécieront également des prix réalistes dans un village plus traditionnel.

Enfin, elle est facilement accessible depuis Modane pour ceux qui préfèrent le TGV.

Snowboarding

Parcs de niveau facile à intermédiaire, zone Freeride pour les riders expérimentés.

2 parcs à neige

2 Snowboarder Cross

Ski de fond

Accès gratuit aux sentiers.

27 km de pistes de ski de fond et de ski nordique

Handiski…

  • Instructeurs spécialisés et équipement adapté (Tandemski..) – www.esf-valcenis.com
  • Une gamme d’hébergements hôteliers et indépendants adaptés est disponible. Les Balcons de Val Cenis ont un accès facile à la télécabine de Val Cenis Le Haut.
  • Les autres activités comprennent le traîneau à chiens et le parapente.
  • Toilettes publiques accessibles à l’Office de Tourisme, à la réception de Val Cenis Le Haut et aux Chalets de Flambeau. Certains restaurants disposent déjà de toilettes adaptées. Liste et guide détaillé disponibles sur www.haute-maurienne-vanoise.com (en français)
  • Parking : 1 place au pied de la piste de Val Cenis Le Haut et à l’Office de Tourisme de Lanslevillard.

Les avantages, inconvénients & conseils

Avantages

  • Des villages sympathiques et traditionnels avec des restaurants accueillants et chaleureux.
  • Un terrain pour tous les goûts, avec un bon niveau d’enneigement.
  • Ski étendu (125 km) depuis que les domaines de Val Cenis et de Termignon ont été reliés par des remontées mécaniques.
  • Large éventail de logements.
  • Superbes paysages, notamment au-dessus de Termignon et du lac gelé du Mont Cenis, à la frontière franco-italienne.
  • Transferts courts depuis Chambéry Savoie Mont Blanc & Modane (TGV).
  • Forfait de ski pour débutants (5-74 ans), à partir de 14,50 € par jour (93€/6 jours). Le forfait Débutant Learners’ Village donne accès aux pistes et aux remontées mécaniques faciles.

Inconvénients

  • La vie nocturne du village est plutôt calme.

Nos conseils

  • Skiez et visitez Bonneval-sur-Arc, le village historique de montagne par excellence.
  • Découvrez le domaine skiable au-dessus de Termignon, en revenant par le télésiège express.

Aperçu : Val Cenis Vanoise

Quelques flocons de neige dansent dans le faisceau des phares lorsque nous quittons l’autoroute sinistrement déserte, traversons la ville frontalière de Modane et nous engageons sur notre vieille amie, la Route des Grandes Alpes. Nous grimpons régulièrement à travers des paysages de plus en plus enneigés et passons devant l’imposante forteresse montagneuse de l’Esseillon, ressentant un sentiment d’isolement et d’éloignement de plus en plus fort. Les choses changent cependant lorsque nous atteignons les joyeux villages de Bramans, Sardières, Sollières et Termignon, après quoi une course douce à travers Lanslebourg et Lanslevillard nous amène à notre hébergement au Haut et à une base solide pour découvrir Val Cenis Vanoise. Au bout de 1574 m (et 364 m de dénivelé), nous lâchons les perches des remontées mécaniques au milieu des paysages que nous aimons tant et qui sont plus souvent desservis par des téléskis discrets que par des fauteuils à grande capacité et à grande vitesse plus intrusifs.

Aller vers le haut

Le lendemain matin, nous sortons de notre appartement des Balcons de Val Cenis pour découvrir que notre emplacement est ski-in/ski-out, et que nous pouvons donc skier directement jusqu’à la télécabine de Val Cenis Haut, située à proximité, en passant par le point de rencontre de l’école de ski ESF locale. Heureusement, il n’y a pas de file d’attente et la télécabine nous dépose en douceur au pied du télésiège six places de l’Arcelle pour une montée en deuxième étape à près de 2400 m d’altitude. De là, il n’y a plus qu’à descendre en bleu jusqu’au télésiège six places du Solert, dont la station amont à 2540 m offre un choix de descentes rouges ou, comme nous l’avons choisi, une croisière bleue plus douce vers le secteur du Mont Cenis. Nous nous arrêtons cependant pour prendre le télésiège quatre places Met à 2800 m (le point le plus haut de tout le domaine skiable) qui dessert la piste noire Jacot Met ainsi que les pistes rouges et bleues. Nous prenons la rouge (Met), qui nous mène à la longue croisière bleue vers le Mont, sur laquelle nous quittons la piste bleue Québequoise pour emprunter un passage récemment tracé qui nous dépose à côté de l’historique Col du Mont Cenis.

Le rythme de l’escargot

L’ancienne route (construite sur ordre de Napoléon en 1805) par laquelle le col est accessible une grande partie de l’année est ensevelie sous la neige pendant les mois d’hiver, ce qui la transforme en la plus longue piste verte d’Europe, la bien nommée l’Escargot. De là, il est possible de faire une croisière (très) tranquille en vert sur l’Escargot, ou une descente plus raide sur la Ramasse, une piste rouge qui rejoint la Madeleine en bleu pour nous amener en douceur à Lanslebourg à côté du télésiège six places à grande vitesse de la Ramasse. Après avoir pris le télésiège, nous revenons vers la télécabine du Vieux Moulin et nous nous dirigeons vers l’excellent Chalet La Ranôva pour une pause déjeuner bienvenue.

Hors-piste : retour à la nature à Val Cenis Vanoise

Lorsque nous émergeons, notre guide (qui se trouve être le directeur de l’équipe ESF de Val Cenis) partage un peu de ses connaissances locales en nous montrant un sentier non tracé fréquenté seulement par un skieur nordique occasionnel, un itinéraire qui nous conduit à travers des forêts silencieuses et le long d’une chute d’eau gelée. Ayant acquis un aperçu utile du type de possibilités qui abondent ici si vous savez où chercher, nous passons le reste de l’après-midi à explorer calmement le secteur au-dessus de Lanslevillard, avant de skier jusqu’à notre appartement à Le Haut.

L’attrait de la Haute Maurienne

Lorsque les neiges hivernales ferment la route du col de l’Isèron, la vallée n’a plus de trafic de transit et passe en mode loisirs, mais le fait d’être des communautés de travail tout au long de l’année signifie que les prix dans les villages restent rafraîchissants et terre à terre.

Heureusement, l’ajout récent d’hébergements indépendants de qualité supérieure ne semble pas avoir changé les choses et donne une idée de la qualité du ski proposé ici.

En haut et en bas

Le lendemain matin, nous sommes seuls et décidons de nous rendre directement à Termignon pour voir comment fonctionne la liaison et ce que le secteur a apporté au domaine skiable de Val Cenis Vanoise. Nous empruntons un itinéraire similaire à celui de la veille, mais cette fois nous descendons juste après le télésiège de la Ramasse pour prendre son compagnon, le Turra six places qui transporte les skieurs dans les deux sens pour offrir une option de retour express à ceux qui ne sont pas basés à Termignon même. La remontée en douceur à travers les vastes forêts permet d’avoir une vue d’ensemble de la Traverse, une longue descente en pente bleue, et nous dépose au pied de notre prochain télésiège, le Sources quatre places. Ce télésiège fixe constitue la deuxième étape de la liaison et culmine à 2300 m, pour la poursuite de la piste bleue du Flambeau.

Comme la nature l’a voulu

Un peu plus loin sur la large piste panoramique, nous nous arrêtons au sympathique restaurant de montagne d’Arole pour y manger.vins-chaudsNous nous préparons à l’ascension finale par le téléski du Grand Coin jusqu’à 2465 m d’altitude. Au bout de 1574 m (et 364 m de dénivelé), nous lâchons nos perches au milieu des paysages que nous aimons tant et qui sont plus souvent desservis par des téléskis discrets que par des fauteuils à grande capacité et à grande vitesse plus envahissants.

Là-haut, on a vraiment l’impression d’être à l’écart, et la vallée semble soudain très loin en dessous de nous. Il y a aussi nettement moins de skieurs, ce qui rassurera ceux qui se sont opposés pendant des années à la création de la liaison depuis Val Cenis en raison des perturbations accrues de la faune dans ce qui est une réserve naturelle désignée. En ce qui concerne les skieurs, nous devons dire que cela vaut la peine de faire un petit effort pour traverser, même depuis notre base à Val Cenis, le poste le plus éloigné de la vallée, à Le Haut.

Amicale Termignon

Depuis Le Haut, vous pouvez emprunter la piste rouge de la Grand Combe, qui débouche sur Flambeau, ou choisir les options bleue ou rouge, qui vous ramènent à la base du téléski (ou de son compagnon plus raide, le Lac) ou à la Bleue du Lac pour une croisière à l’extrême limite du domaine skiable. Prenez cette dernière, comme nous l’avons fait, et vous pourrez continuer jusqu’à Termignon, où vous découvrirez un front de neige joyeux avec des appartements récemment ajoutés et des terrasses de bar/restaurant ensoleillées. Il y a aussi le puissant télésiège rapide à quatre places TSD Girard, que nous empruntons avant de passer à son homologue plus élevé, le télésiège des Roches-Blanches, pour une remontée plus lente jusqu’à 2042 m. Le point de chute est bien planifié. Le point de chute est bien planifié, donnant le choix entre un retour en zigzag jusqu’à Termignon ou un transfert vers l’un des deux téléskis desservant le terrain le plus haut.

Le long chemin vers le bas

La troisième option, en particulier pour les skieurs qui envisagent de retourner à Lanslebourg ou au-delà, est le Flambeau, une jolie piste boisée directe qui rejoint le point de rencontre de deux remontées mécaniques : Sources (qui vous ramènera sur le terrain supérieur du secteur) et le télésiège bidirectionnel Turra qui redescend à Lanslebourg. Ce n’est pas la peine de prendre ce trajet express si vous avez encore envie de skier un peu, car Flambeau rejoint Traverse, pour une longue, longue descente à travers les forêts jusqu’à Lanslebourg. De là, vous pouvez retourner à votre hébergement en empruntant les remontées mécaniques ou en prenant l’une des navettes gratuites qui transportent les skieurs au fond de la vallée.

Réflexions finales

Nous avons apprécié notre retour à Val Cenis, qui, sous sa forme Vanoise élargie, offre non seulement un très respectable 125 km de pistes damées pour tous les niveaux (et desservies par un système de remontées mécaniques performant), mais aussi un choix d’hébergements en constante expansion pour répondre à tous les goûts et tous les budgets. Le fait qu’elle soit encore relativement peu connue des skieurs ordinaires fait d’elle l’une des rares stations de ski de qualité où nous retournerons avec plaisir dès que l’occasion se présentera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *