Pouvez-vous skier les 10 principales stations des Trois Vallées en une seule journée ?
Pouvez-vous skier les 10 principales stations des Trois Vallées en une seule journée ?

Pouvez-vous skier les 10 principales stations des Trois Vallées en une seule journée ?

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances au ski pour les débutants -
  6. Où skier et faire du snowboard -
  7. Pouvez-vous skier les 10 principales stations des Trois Vallées en une seule journée ?

En mars de l’année dernière, on a emmené 3 membres de l’équipe à la conquête du plus grand domaine skiable relié du monde, Les Trois Vallées, en France. On vous fait revivre cette journée épique…

Pouvez-vous skier les 10 principales stations des Trois Vallées en une seule journée ?

La réponse est oui, et c’est une excellente journée qui vous permet de découvrir tous les recoins de cet immense domaine skiable. Nous avons commencé notre ambitieuse mission dans la station la plus centrale du plus grand domaine skiable du monde, Méribel<>Nous avons séjourné au chalet Cedre Blanc de Total Ski, au milieu de la vallée des Allues. Nous étions hébergés par Total Ski dans le charmant chalet Cedre Blanc, dans la région de Mussillon, au-dessus du Dick’s Tea Bar. Autour de la table du dîner dans le chalet, mon équipe et moi-même avions planifié notre journée entière de voyage dans le sens inverse des aiguilles d’une montre sur la carte autour des 3 vallées la veille au soir. Cependant, il y a eu un problème dès le moment où nous avons ouvert les rideaux le matin. C’était un jour de poudreuse au-dessus de 1600m ! Et comme tout le monde le sait, la première victime d’une journée de poudreuse, c’est le plan ! Un jour comme celui-ci, il faut être debout avec les moineaux et faire la queue pour la première remontée. Mon équipe de vétéran était plus excitée que des enfants de 6 ans le matin de Noël.

Coup d’envoi à 8h30 à la Chaudanne

Le plan prévoyait que nous nous dirigions vers St Martin de Belleville<> au fond de la vallée suivante qui mène à Val Thorens. Le moyen le plus rapide de monter était de prendre la télécabine Tougnete 1, puis l’Express 6 places, Tougnete 2, qui nous emmenait rapidement de 14520m à 2434m. Au sommet, nous sommes partis sur la droite à la recherche de la piste rouge préférée des saisonniers, Jerusalem. Il s’agit d’une longue piste rouge rapide qui n’est jamais trop raide mais qui contient des tonnes de poudreuse à gauche et à droite. Et c’est là que se trouve notre première erreur. Scotty a été tellement excité par la profondeur de la poudre qu’il est resté trop longtemps sur le côté droit de la piste et s’est retrouvé sur la piste rouge Blaireau qui nous ramène au télésiège Tougnete 2. Bon, ce n’est pas un grand détour, mais la foule nous a rattrapés et nous avons dû attendre 15 minutes. De retour au sommet, nous sommes repartis et cette fois, nous avons batifolé dans la poudreuse sur la gauche de la piste en direction de Jérusalem et nous nous sommes bien amusés. Des freshies tout le long du chemin jusqu’à St MdV. C’est un village que la plupart des visiteurs des 3V n’atteignent jamais et c’est bien dommage. C’est un charmant petit village de Savoie qui a plus de caractère que les stations voisines construites à cet effet et qui abrite quelques restaurants charmants comme Le Montagnard, tenu par Eric Suchet, un fromager local, et juste au bout de la route à St Marcel, La Bouitte, étoilée au Michelin, du chef René Meilleur. Vous pouvez y skier hors-piste ou demander une remontée mécanique depuis St Martin.

La rue principale de St Martin de Belleville

Déjà, à seulement 10 heures du matin, nous étions en retard et en retard sur le plan. Nous sommes rapidement montés dans la télécabine St Martin #1, puis dans le quadruple siège St Martin #2 (douloureusement lent). Une fois de retour au sommet de la Tougnete, nous avons sauté sur la longue piste bleue et plate du Gros Tougne jusqu’aux Menuires.<> à 1850 m d’altitude. Il n’y a pas grand-chose à voir aux Menuires, mais cette station est incroyablement populaire auprès des familles qui apprécient la commodité du village, les pistes et les prix les plus bas de tout le domaine skiable.

Les Menuires sont plus belles la nuit 😉

Nous avons skié à travers la foule dans le centre des Menuires jusqu’au petit télésiège de Doron qui nous a donné assez d’altitude pour skier jusqu’à la rapide télécabine des Bruyères. Vous pouvez y rester à partir de 1850m jusqu’au Col de la Chambre à 2850m. Nous sommes partis sur la droite et avons skié sur la gauche* de la piste rouge des 4 Vents et avons rejoint la piste bleue du Mont de la Chambre pour une descente rapide à travers Val Thorens.<> la plus haute station de ski d’Europe à 2300m, pour le télésiège 3 Vallées #1. Nous avions prévu de faire une pause à VT et les terrasses de boissons avaient l’air alléchantes, mais le temps nous échappait. Il était déjà midi passé et il nous restait un long, très long chemin à parcourir. Le télésiège n° 1 des 3 vallées est assez amusant. Vous traversez la ville au niveau du 3ème étage en regardant directement les appartements de chaque côté (nous n’avons pas regardé à travers les rideaux) et au sommet du télésiège, vous pouvez voir l’une des plus grandes fêtes sur les pistes du monde des skieurs. La Folie Douce, nouvellement créée la saison dernière par la même équipe que la Folie originale de Val d’Isére, passe juste à côté des danseuses de table et était très tentante. Mais nous étions en mission, et nous avons sauté directement dans la télécabine du Bouquetin pour un retour rapide au Col de la Chambre.

*Pour les non-initiés, la gauche ou la droite des skieurs est toujours la vue du haut. Ce n’est pas la vue des touristes depuis le bas, qui est l’inverse.

La remontée n°1 des 3 Vallées et le VT Folie Douce

Nous nous dirigeons à présent vers le centre de la vallée des Allues et la prochaine étape est Mottaret.<> à 1600m d’altitude, la station un peu moins chère, un peu plus laide et plus calme, mais bien plus pratique pour le ski in/out que sa proche voisine Méribel. Nous avions prévu de nous rendre au célèbre (secret du saisonnier) Mottaret Montagne Burgers. J’étais sûr de sentir l’odeur d’un burger Montagne lorsque nous avons descendu la piste rouge de Venturon, à droite des skieurs, sous le télésiège de Côte Brune. FYI : Alors que nous nous éclaboussions dans la poudreuse, nous avons remarqué quelques gars qui remontaient la pente à notre droite. Nous en avons pris note et avons fait la même randonnée, en escaladant 6 fois la petite entrée du terrain le lendemain. Une superbe petite randonnée sans douleur pour ceux qui n’ont pas de traces. À cette heure de la journée, nous étions affamés, mais à notre grand désespoir, le café Montagne Burger avait une file d’attente d’environ 20 mètres de long, composée d’employés de chalet dépenaillés et coiffés de bonnets de laine.

Bon sang, je voulais ce hamburger !

J’ai cherché du réconfort dans la flasque de Boyd, un excellent single malt de ski, et je me suis dirigé vers la télécabine du Pas du Lac pour atteindre le célèbre pic de la Saulire, à 2738 m d’altitude, et entrer dans la troisième vallée, appelée St Bon. Il nous restait encore 5 stations à visiter dans la région de Courchevel. Au moins, nous savions que Courchevel avait une pléthore de restaurants de montagne géniaux. Nous nous méfions juste un peu des factures qui font fondre les portefeuilles. Depuis le sommet de la Saulire, nous avons dû renoncer à l’habituel plongeon des skieurs dans les couloirs de Courchevel. Par une journée comme celle-ci, ils auraient été géniaux. Au lieu de cela, nous avons décidé de nous éloigner le plus possible des limites du domaine pour que le reste du voyage soit un retour à la maison. Nous avons donc dévalé la piste rouge des Marmottes et sauté sur le télésiège de Chanrossa. C’est à ce moment-là que j’ai eu une inspiration, peut-être provoquée par les médicaments administrés par Boyd. Je me suis souvenu du restaurant préféré du moniteur de ski à Courchevel, le Bel Air. Ce n’est pas donné, mais c’est dans notre budget et il y a une superbe terrasse exposée au sud. La nourriture y est excellente et le service époustouflant. Comment ces serveurs parviennent-ils à faire passer autant de nourriture et de boissons à travers la foule, avec une telle rapidité et une telle précision ?

Heureusement pour nous, le service du Bel Air est réputé pour sa rapidité et nous avons apprécié d’être entrés et sortis en moins de 45 minutes. Il est maintenant 14 heures et il nous reste 5 stations à visiter. La première sur la liste était 1650, maintenant connue sous le nom de Courchevel Moriond.<>. Nous avons fait une belle petite descente à travers la neige poudreuse sous la télécabine de l’Ariondaz jusqu’à la ville. Nous ne pouvions pas rester, alors nous sommes montés directement à l’Ariondaz et nous sommes montés suffisamment haut pour atteindre le télésiège de l’Aiguille du Fruit. Nous aurions pu sauter sur les Gravelles et traverser l’Altiport, mais nous n’avons pas voulu gâcher l’occasion de dévaler la piste noire des Suisses par une journée de poudreuse. Les garçons se sont amusés à sauter de tout ce qu’ils ont pu trouver et cela m’a inquiété. J’ai fait claquer le fouet proverbial et j’ai poursuivi ces fous jusqu’à l’Altiport, Bellecote et Courchevel 1850.<> ne s’arrêtant que pour une photo.

L’étape suivante était la descente de la piste rouge de Brigues vers Courchevel La Praz à 1300m d’altitude.<> le point le plus bas de notre circuit. La Praz est un autre petit bijou de station. Le tremplin de saut à ski des Jeux olympiques d’Albertville trône fièrement à l’entrée du village. Ce village ressemble plus à une ville de Savoie qu’à une station de ski et, bien qu’il soit plutôt calme, il compte quelques restaurants très agréables, comme Le Bistrot du Praz, étoilé au Michelin. Mais il n’y a pas de temps à perdre ici. Une autre photo et c’est parti pour la télécabine du Praz. Nous aurions vraiment dû aller au 1550, Courchevel Village 1, mais nous avons raté la bifurcation. Maintenant, nous étions à deux doigts d’atteindre toutes les stations.

Courchevel Village à 1550m< > est le village ouvrier de la vallée de St Bon. De nombreux employés des hôtels, des chalets et des écoles de ski vivent ici. Cela rend la ville très amusante et très fonctionnelle. Les bars et les restaurants sont moins chers et bien adaptés aux jeunes qui font fonctionner la vallée. Le marché britannique y trouve une sélection d’hébergements bon marché, ce qui est idéal pour prendre un verre à Courchevel 1850 avant de faire de la luge ou de skier directement sur la piste bleue des Tovets pour rentrer à la maison dans l’obscurité. Vous verrez de nombreux travailleurs faire exactement cela tout au long de la nuit. Il approchait 15h30 et nous devions encore faire 4 longues remontées pour revenir au Col de la Loze qui nous permettrait de skier jusqu’à Méribel. Nous avons sauté dans la télécabine des Grangettes et avons regardé nerveusement les minutes s’écouler. Au sommet, nous avons couru jusqu’à la télécabine des Chenus alors que l’horloge semblait passer à 16 heures, puis à 16 heures 15.

La télécabine des Grangettes jusqu’à Courchevel 1850 à partir de 1550

Au sommet de la télécabine du Chenus, nous avons sauté sur nos skis en un temps record et nous sommes allés à La Tania.< >. Nous n’étions pas très populaires lorsque nous dépassions (ou traversions) les groupes et les familles qui se prélassaient sur les pistes rouges de Bouc Blanc puis de Moretta Blanche, mais nous étions chargés d’une mission qui risquait de mal tourner, très vite. Si vous ratez la dernière remontée vers votre vallée, les chauffeurs de taxi se frottent les mains de joie et commencent à évaluer le montant de l’argent que vous pouvez retirer en une seule fois du distributeur le plus proche avant de fixer le prix de la course. Il n’y a pas grand-chose à faire car les transports publics ne vont pas d’une vallée à l’autre et il est presque impossible de faire de l’auto-stop avec quatre hommes désespérés aux yeux sauvages et munis de gros skis. Après avoir effrayé quelques douzaines de clients de La Tania et nous-mêmes à environ 100 km/h, nous avons atteint La Tania juste après 16h30 et il nous restait encore deux longues remontées. Le télésiège du Dou des Lanches serait-il encore ouvert lorsque nous arriverions au sommet de la télécabine de La Tania ? Ils étaient en train de fermer la télécabine lorsque nous sommes arrivés, mais Lifty savait à nos visages transpirants et désespérés qu’il était hors de question de monter dans cette télécabine. Nous étions les derniers à monter.

Nous espérions qu’ils emmèneraient toujours les derniers skieurs de la télécabine sur le télésiège du Dou des Lanches pour s’assurer que les clients de Méribel rentrent chez eux, mais nous n’en étions pas sûrs. Alors que nous approchions du sommet, nous nous sommes préparés à argumenter de toutes nos forces pour monter sur ce télésiège, mais ce n’était pas nécessaire. Je pense que le Lifty nous attendait et qu’il nous a fait monter en vitesse. Nous sommes partis en direction du Col de la Loze et avons atteint un dénivelé suffisant pour nous permettre de rentrer chez nous. Nous avons sorti les flacons de célébration et porté un toast à notre réussite. Maintenant que la pression était retombée, il était temps de décider lequel des deux principaux bars d’après-ski de Méribel, orientés plein sud et ensoleillés, nous allions choisir : le nouveau venu, La Folie Douce, ou le favori de longue date, Le Rond Point. Je ne mentionnerai pas l’âge de mon équipe, mais lorsque nous nous sommes arrêtés à La Folie Douce et que nous avons regardé la vaste mer de visages souriants qui dansaient sur les tables et buvaient du champagne, et que nous avons remarqué que très peu d’entre eux étaient nés avant 1990, nous avons réalisé que ce n’était peut-être pas la scène qui nous convenait. Nous sommes allés au Ronny pour boire quelques verres de Mutzig et revivre une excellente aventure dans les Trois Vallées.

Les meilleurs conseils pour faire le circuit

1. prendre un panier-repas

2. Ne pas le faire un jour de poudreuse

3. N’emmenez pas quelqu’un qui essaie des fixations de télémark pour la journée (merci Scotty), ni aucun planchiste, blader ou monoskieur.

4. Essayez de faire le plus de choses possible avant le déjeuner. Les après-midi semblent s’échapper

5. Parlez dans les télécabines ou sur les télésièges. Laissez les discussions au bord de la piste aux moniteurs et aux spectateurs émerveillés.

Toutes nos excuses aux stations que certains considèrent comme faisant partie des 3 vallées, comme Brides Les Bains et Orelle, qui ont un accès par télécabine au domaine skiable mais où il n’est pas possible de se rendre à la fin du mois de mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *