Avis sur la station de Peyragudes
Avis sur la station de Peyragudes

Avis sur la station de Peyragudes

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Chalets et hôtels de luxe -
  5. Stations de ski les plus exclusives -
  6. Avis sur la station de Peyragudes

Situation : Pyrénées françaises

Déjà connu de millions de fans de James Bond dans le monde entier pour avoir servi de décor à la séquence d’ouverture de Demain ne meurt jamais, Peyragudes se trouve sur les hauteurs de la Vallée du Louron, dans les Pyrénées centrales françaises.

Bien que la route soit longue depuis les ports de la Manche, l’accès est facile depuis les aéroports de Pau et de Toulouse ou les liaisons ferroviaires TGV de Tarbes. La région est appréciée des familles françaises et des skieurs espagnols qui viennent de l’autre côté de la frontière.

Le domaine skiable

Peyragudes a été créé en 1988 en regroupant les terrains de deux villages de ski situés sur les versants opposés d’une importante montagne et d’une frontière administrative – Peyresourde se trouve dans les Hautes-Pyrénées, tandis que Les Agudes se trouvent dans la Haute-Garonne voisine.

Pour les skieurs, les avantages les plus évidents de la liaison sont un choix de paysages qui ajoutent de la variété aux journées sur les pistes, ainsi que la possibilité de trouver les meilleures conditions d’enneigement le matin et l’après-midi. Les domaines des écoles de ski sont très accessibles et, alors que les pistes vertes semblent relativement limitées, les pistes bleues sont souvent exceptionnellement larges et encourageantes. Ceux qui sont confiants dans les rouges ont à leur disposition de longues pistes, notamment (si l’enneigement le permet) la Vallée Blanche, qui permet de skier un dénivelé combiné de près de 1 000 m.

L’hiver 2022/23 verra l’extension du domaine skiable de 20% en terrain naturellement enneigé. Le nouveau secteur, appelé Cap des Hittes, est un projet conçu pour répondre aux défis posés par le changement climatique. Il est naturellement situé en hauteur, avec un téléski desservant les nouvelles pistes noires.

La station de ski

Les deux villages de ski sont situés à 1600 m d’altitude. Les Agudes ont été construits dans les années 1960, tandis que Peyresourde est beaucoup plus récent et continue de se développer. De ce côté, les appartements se trouvent soit sur le front de neige, soit un peu plus loin, à Balestas, qui est desservi par des navettes gratuites. La proximité de la frontière franco-espagnole en fait un choix très populaire pour les skieurs venus d’Espagne, ce qui ajoute une ambiance cosmopolite et oblige les restaurants à prolonger leurs heures d’ouverture le midi et le soir.

Informations sur la station

Peyragudes est une station Famille Plus

Famille Plus est un label national attribué aux destinations touristiques offrant un accueil et des services adaptés aux familles et aux enfants.

Pourquoi skier à Peyragudes ?

Les skieurs soucieux de leur budget qui apprécient néanmoins la qualité de leur hébergement et de leur expérience de ski. Peyragudes est peut-être encore relativement peu connue, mais elle allie un ski de qualité à une attitude amicale et accueillante à l’égard des visiteurs. L’attention portée à l’expérience des visiteurs s’étend aux installations pour les débutants – l’aire de l’école de ski à Peyresourde ne pourrait pas être plus accessible. Les skieurs intermédiaires et plus expérimentés ont à leur disposition des pentes vivifiantes, en compagnie de Français, d’Espagnols et de quelques Britanniques. Enfin, la situation géographique est l’une des plus spectaculaires des Pyrénées, avec des paysages de montagne véritablement panoramiques.

Snowboarding

Station ludique avec un parc dédié et des pistes de croisière.

1 Snowparks

1 Snowboarder Cross

Ski de fond

Accessible depuis Peyrasourdes, les pistes sont damées mais non rainurées – style skating uniquement.

15 km de pistes de ski de fond et de ski nordique

Handiski…

  • Accès au parking réservé à l’avant de neige sur présentation d’un document d’invalidité. Des places réservées sont disponibles dans le parking inférieur.
  • Toilettes adaptées dans les centres de vacances de Peyresourde et des Agudes, et dans le chalet du Snowpark.
  • Accès facile aux pistes. Télésièges accessibles.
  • Tarif normal pour un skieur handicapé, forfait gratuit pour un accompagnateur indispensable.
  • Location de fauteuils Dual et Uniski au Skimium, Peyrasourde.
  • Instructeurs et équipements spécialisés de la FSE.
  • Peyragudes soutient également Solène Jambaqué depuis qu’elle a commencé à skier. Elle est sept fois médaillée olympique et paralympique.

Les avantages, inconvénients & conseils

Avantages

  • Une valeur sûre pour skier et séjourner.
  • Billetterie flexible – jusqu’à 40 % de réduction sur une carte journalière si vous réservez à l’avance.
  • Développement de villages bien planifiés.
  • Encore peu connue.
  • Des paysages de montagne époustouflants.
  • Ambiance conviviale et détendue.
  • Des ascenseurs à grande vitesse desservent les principales zones.

Inconvénients

  • La route est longue depuis le Royaume-Uni.
  • Les chutes de neige ne sont pas toujours au rendez-vous.
  • Le terrain est relativement compact.
  • La partie inférieure de la piste de l’Epic Vallée Blanche dépend d’un bon enneigement.

Nos conseils

  • Le complexe thermal Balnéa, situé dans la vallée, offre des réductions aux détenteurs de forfaits de remontées mécaniques.

Aperçu : Peyragudes

Peyragudes est dans notre ligne de mire depuis un certain temps, mais jusqu’à présent, nous n’avons pas réussi à le voir et à le skier par nous-mêmes. Malgré cela, il est clair, d’après les rapports sur les investissements importants et soutenus dans l’hébergement des visiteurs et les télésièges à grande vitesse ultramodernes, qu’il s’agit d’un domaine skiable qui n’a pas froid aux yeux. De plus, les images impressionnantes des webcams nous intriguent depuis longtemps. Aussi, lorsque l’occasion se présente enfin de redescendre en voiture vers les Hautes-Pyrénées, nous n’avons besoin d’aucun encouragement, d’autant plus que l’autoroute A65 a permis de gagner près d’une heure sur le trajet autrefois fastidieux après Bordeaux. Le domaine skiable qui s’étend en contrebas donne l’impression d’une grande montagne, tandis que le télésiège six places du Cap de Pales nous ramène en douceur au sommet de la montagne en une seule fois.

La bonne approche

La nouvelle route est un modèle impressionnant d’efficacité, mais du point de vue du paysage, c’est la poursuite de notre route vers notre destination par la Vallée du Louron, d’une beauté plus conventionnelle, qui nous hantera. Cet endroit protégé possède un immense lac artificiel et s’est récemment doté d’un village touristique de style traditionnel surplombant un parc paysager, cadre du centre thermal Balnéa, plus contemporain. Depuis le village, nous suivons les indications pour monter à flanc de montagne en direction du col de Peyresourde. La dernière route d’accès a été construite pour faciliter l’accès au village de ski, dont la ligne d’horizon lumineuse et joyeuse se dessine bientôt.

Quelques minutes plus tard, après avoir garé la voiture, déballé nos skis et enfilé notre équipement de ski, nous prenons l’une des remontées mécaniques pour piétons qui simplifient le passage du niveau du parking au front de neige. De là, les remontées mécaniques ne sont qu’à quelques mètres, notre choix se portant sur le télésiège 6 places à grande vitesse de Sérias, qui emmène les skieurs directement au Col de la Flamme (1967m), pour un choix de pistes bleues et rouges, soit en redescendant vers Peyresourde, soit  » notre choix  » dans le secteur des Agudes. Comme nous prévoyons de monter encore plus haut, notre première descente est courte, et nous rejoignons bientôt le télésiège fixe de la Flamme pour une montée à 2085m.

Une fois sortis du télésiège, nous skions la partie supérieure de la piste bleue du Val des Agudes avant de nous lancer dans le détour plus raide (rouge) des Chevriers. La qualité de la neige a bénéficié de l’ensoleillement matinal du secteur, et notre plongeon vivifiant jusqu’à la liaison avec la piste plus douce de la Passe Bleue (qui rejoint à son tour le Val des Agudes) est très amusant. Bientôt, la silhouette des Agudes apparaît au-dessous de nous, s’agrandissant jusqu’à ce que nous atteignions le point de départ de pas moins de cinq remontées mécaniques. C’est étonnamment calme ici, et le style architectural du village de ski construit à cet effet est plus ancien que celui de son homologue encore jeune sur l’autre versant de la montagne. Mais Agudes partage le même concept de ski de proximité et, en prime, bénéficie du soleil matinal.

Plus raide, mais aussi plus large

Le terrain est aussi nettement plus raide, avec une impression de grande montagne pour le domaine skiable qui s’étend en contrebas, tandis que le télésiège six places de Cap de Pales nous ramène en douceur vers le sommet de la montagne en une seule fois. Au sommet, nous descendons du télésiège pour rejoindre les autres skieurs qui ont convergé vers le Belvédère (2233 m). Le point de rencontre de trois télésièges a une atmosphère de fête aujourd’hui, car notre visite coïncide avec les vacances nationales espagnoles, ce qui augmente le nombre de skieurs et le niveau d’énergie de plusieurs crans. Heureusement, le rassemblement actuel de skieurs est sur le point de se disperser dans plusieurs directions différentes, de sorte que les pistes voisines ne semblent pas subir de pression. En effet, nous avons la piste bleue des Gourgs Blancs pratiquement pour nous seuls sur le parcours menant à la sortie de la Vallée Blanche rouge. Malheureusement, de grandes barrières nous informent qu’elle est fermée jusqu’à la prochaine chute de neige. Nous continuons donc sur la douce piste bleue ouverte jusqu’à la base de la prochaine remontée mécanique. Le télésiège six places de Serre Doumenge a remplacé deux télésièges précédents, et ses qualités environnementales comprennent de petites poubelles sur les sièges pour les mégots de cigarettes et autres débris (qui se vident discrètement à l’approche de la station inférieure), contribuant ainsi à garder les montagnes plus propres.

L’histoire

Peyragudes est une station relativement récente, issue de la fusion en 1988 de deux anciennes stations situées de part et d’autre de la montagne : Peyresourde (créée en 1968) et Les Agudes (créée en 1965).

Avec 100 % de son domaine skiable à plus de 1600 mètres, des pentes orientées à l’est et à l’ouest, Peyragudes est connu pour son ensoleillement et ses vues imprenables.

Viser haut à Peyragudes

Au sommet se trouvent des pistes noires et rouges, ainsi que la Traverse des Isards, porte d’entrée vers une longue croisière bleue qui redescend jusqu’au village de Peyresourde. Le premier tronçon est celui des Aigles, une large piste en pente douce qui croise celle des Rhododendrons, une piste rouge que nous suivons maintenant en nous faufilant entre un snowpark et une piste de boardercross pour aboutir commodément au restaurant/bar de montagne Le Cabanou. Nous avons déjà parcouru une certaine distance, c’est donc un spectacle bienvenu. Délaissant la terrasse panoramique vide, nous entrons à l’intérieur pour consulter le plan des pistes tout en faisant le plein d’énergie avecvins-chauds. Lorsque nous émergeons enfin, nous patinons jusqu’à la Combe de Magnéras pour une douce croisière bleue en direction de Peyresourde.

Le front de neige s’anime et nous nous dirigeons vers la base du télésiège Privilège. Le puissant quadriplace nous ramène au Belvédère en moins de sept minutes (un trajet qui nécessitait auparavant pas moins de quatre montées en télésiège fixe). Il n’est pas surprenant que le fait de se déplacer à une vitesse d’environ 5 m/s ajoute un certain degré de refroidissement dû au vent, atténué aujourd’hui par le soleil immobile dans un ciel presque sans nuage, comme c’est souvent le cas ici. Les vues d’ensemble de la montagne en cours de route incluent des freestylers dans le snowpark que nous avons dépassé plus tôt, et les premiers skieurs affamés qui prennent place sur la terrasse ensoleillée du snack-bar.

Dernière course avant le déjeuner

Il n’est pas surprenant qu’au moment où nous atteignons le sommet de la remontée mécanique, nous nous sentions prêts pour une pause déjeuner. Depuis le Belvédère, nous empruntons la piste rouge du Cap de Pales et rejoignons la Combe de la Flamme, classée bleue, pour une nouvelle excursion dans le secteur des Agudes. Après avoir atteint la base du télésiège de la Flamme, la piste bifurque brusquement vers la gauche et passe par le col pour revenir sur le versant de Peyresourde. De là, nous avons le choix entre des pistes rouges et bleues pour revenir au village. Notre itinéraire nous amène finalement à côté de la zone de l’école de ski, où les novices font leurs premiers virages et empruntent le tapis magique pour d’autres descentes douces.

C’est le point de départ idéal, calme et sûr, pour les skieurs de demain, qui n’ont encore aucune idée de ce qui les attend en récompense de leurs efforts. Ils ne vont pas tarder à attendre, et lorsque leur première grande remontée leur dévoilera enfin ce qui les attend plus haut dans la montagne, ici même à Peyragudes, ils seront émerveillés. Tout comme nous, d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *