Les coureurs à ski utiliseront-ils bientôt des airbags ?
Les coureurs à ski utiliseront-ils bientôt des airbags ?

Les coureurs à ski utiliseront-ils bientôt des airbags ?

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Sécurité en montagne -
  5. Règles de conduite de la FIS -
  6. Les coureurs à ski utiliseront-ils bientôt des airbags ?

Au cours des dernières saisons, le ski a été le théâtre d’accidents très médiatisés. Chemmy Alcott en est à sa deuxième saison sans compétition après une chute, tandis que Lynsey Vonn a récemment souffert d’une commotion cérébrale en course. Le Hahnenkamm de Kitzbuhel a également fait plusieurs victimes au cours des quatre dernières années, dont Scott McCartney, qui a été plongé dans un coma artificiel pour se remettre de son traumatisme crânien.

Les coureurs de ski devenant de plus en plus rapides, la FIS a décidé d’améliorer la sécurité dans ce sport et s’est associée à la société italienne Dainese pour créer un airbag pour les coureurs de ski – oui, un airbag. Le projet devrait se poursuivre jusqu’aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi et, espérons-le, aboutir à un système de sécurité permettant de réduire le nombre de blessures chez les coureurs de ski.

Dainese est déjà à l’origine d’un système d’airbag similaire utilisé dans les courses de motos, ce qui explique pourquoi la FIS s’est tournée vers eux. Ils fabriquent également toute une série de casques, de protections dorsales et de coussins que les skieurs et snowboardeurs mortels, comme vous et moi, utilisent tous les jours sur les pistes. Ces gens-là sont donc les mieux placés pour faire ce qu’il faut.

Günther Hujara, directeur de course en chef de la FIS pour le ski alpin masculin, a déclaré : \Grâce à la coopération étroite avec Dainese qui a débuté il y a trois ans, nous avons déjà constaté de nombreuses améliorations dans la protection des coureurs de ski. Notre dernier projet, le développement d’un système d’airbag pour le ski alpin, est le plus important de tous et s’appuie sur la longue expérience de Dainese dans le domaine de la course automobile.

Il a ajouté : « La recherche et la collecte de données sont en cours depuis la saison dernière : \Des recherches et des collectes de données sont en cours depuis la saison dernière, afin de définir le point exact à partir duquel le coureur ne contrôle plus rien et où la chute devient inévitable. Bien que de nombreuses données aient déjà été recueillies, d’autres informations sont encore nécessaires. Nous nous réjouissons de poursuivre cette excellente coopération avec Dainese à l’avenir.

Jusqu’à présent, la plus grande difficulté a été de déterminer le moment où l’airbag se déclencherait. En effet, les skieurs ont des comportements très différents – il suffit de regarder Didier Cuche et Bode Miller s’élancer sur la même piste si vous ne me croyez pas – et la diversité des accidents est également un facteur déterminant. Sur les motos, l’airbag est réglé pour se déployer lorsque le pilote quitte la moto en effectuant une rotation vers l’avant, mais cela ne fonctionnerait pas pour le ski.

Le projet, connu sous le nom de D-air® Ski, collabore avec une autre étude mise en place par la FIS, le système de surveillance des blessures de la FIS (FIS ISS), afin de recueillir autant de données que possible sur les accidents, pour permettre le meilleur développement possible. Le FIS ISS travaille avec 16 athlètes de la Coupe du monde, dont Aksel Lund Svindal et Kristian Ghedina, qui sont les athlètes témoins du projet D-air® Ski.

Aksel Lund Svindal a déclaré : \C’est un honneur pour moi de participer à ce projet de haut niveau. La protection est extrêmement importante pour nous, les athlètes, et le développement d’un airbag pour le ski de compétition peut accroître notre niveau de sécurité. Je suis heureux de contribuer à la collecte des données et de transmettre mes commentaires. J’espère que tous mes collègues pourront bientôt utiliser ce dispositif exceptionnel.

Les coureurs de ski se déplacent à des vitesses supérieures à 90 mph, 96,6 mph étant la vitesse la plus élevée enregistrée lors d’une course (Klaus Kroell, sur le parcours du Lauberhorn à Wengen, en Suisse), la sécurité doit donc être d’une importance capitale. Mais un système d’airbags fonctionnera-t-il ?

Je suis tout à fait favorable à l’idée de rendre le sport plus sûr et de contribuer à la prévention des blessures, mais j’ai du mal à comprendre comment cela va fonctionner. Faudra-t-il compter sur l’utilisateur pour déclencher le sac, ou l’étude d’un nombre suffisant d’algorithmes et de styles de ski apportera-t-elle la réponse ?

Quel sera également l’impact sur le ski ? Comme je l’ai dit, je suis tout à fait favorable à l’amélioration de la sécurité dans tous les sports, mais ce qui est passionnant, c’est de voir les athlètes se dépasser pour atteindre le niveau ultime de leurs capacités. Les skieurs iront-ils plus loin, sachant qu’il y a moins de risques, ou la sécurité prendra-t-elle le pas sur la compétition ?

Après la perte tragique de Sarah Burke et le terrible accident de Kevin Pearce il y a deux ans, ces mesures de sécurité vont-elles s’appliquer aux éléments freestyle du ski et du snowboard ? La sécurité est au cœur des préoccupations actuelles et il sera intéressant de voir les effets à long terme sur le sport, tant que nous ne perdons pas les personnages passionnants, la poussée d’adrénaline que l’on ressent en regardant ou en participant et les athlètes qui continuent à repousser les limites de ce sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *