Dix idées d’experts sur l’avenir du ski
Dix idées d’experts sur l’avenir du ski

Dix idées d’experts sur l’avenir du ski

  1. Serial Riders -
  2. Guides -
  3. Guides Hiver -
  4. Vacances de ski -
  5. Vacances au ski pour les débutants -
  6. Liste de contrôle des bagages pour les vacances de ski -
  7. Dix idées d’experts sur l’avenir du ski

Récemment, le magazine de sports d’aventure Outside a demandé à certaines des personnes les plus influentes de l’industrie américaine des sports de neige comment elles envisageaient l’avenir du ski. Il s’agissait de freeskieurs et de libres penseurs comme Glen Plake et Mike Douglas (réalisateur), mais aussi de grands hommes d’affaires comme le vice-président d’Aspen Resorts, Auden Schendler, et l’ancien président de Vail Resorts, Roger McCarthy.

Au début du mois d’avril, l’industrie américaine des sports d’hiver s’est réunie au Mountain Travel Symposium à Snowmass, dans le Colorado, pour un forum sur l’avenir du secteur des sports d’hiver.

On vous donne un aperçu de ce que ces légendes pensent qu’il adviendra de l’industrie de la neige dans les décennies à venir, ainsi que quelques prédictions personnelles sur l’avenir du ski.

Le ski s’est énormément développé au cours des 25 dernières années, grâce à l’amélioration des technologies et à l’expansion des stations. Quels sont les obstacles ?

    1. La question numéro un soulevée par tous les experts est celle de la durabilité. Les stations doivent envisager d’être autosuffisantes en énergie d’ici 10 ans, faute de quoi elles seront paralysées par les coûts. C’est déjà la principale question abordée par tous les grands centres de villégiature, qui cherchent à réduire leurs coûts énergétiques et à tirer parti des conditions locales, telles que les vents violents en altitude, le fort ensoleillement et l’hydroélectricité générée par toute cette eau.
    2. Les coûts doivent être contrôlés par d’autres moyens et l’avenir des parcs d’attractions est incertain. Les terrains parks sont très coûteux et la tendance actuelle à des sauts, des rails et des tuyaux de plus en plus grands doit cesser. Elle devient dangereuse et n’est accessible qu’à un petit nombre d’adeptes purs et durs. Une meilleure utilisation du terrain naturel, dont l’entretien est moins coûteux, serait plus judicieuse.
    3. Nous avons besoin de moins de remontées mécaniques, plus grandes et plus efficaces, qui montent plus haut pour offrir plus de possibilités de terrain, sur piste et hors piste, à partir d’une seule remontée mécanique.
    4. Les saisons estivales doivent être davantage exploitées. Avec le réchauffement climatique, les étés deviendront désagréablement chauds dans de nombreuses régions basses et l’air frais des stations sera très attractif. Les attractions estivales telles que les parcs d’attractions, les sports d’eau vive, le VTT, les festivals de musique et les randonnées peuvent apporter 20 à 30 % de nouveaux revenus à des stations sous-exploitées, comme le font déjà des stations telles que Morzine et Chamonix.
    5. L’enneigement est coûteux et consomme de précieuses ressources en eau dans certaines régions qui ne peuvent pas s’en passer. Bien qu’il soit utile de garder les pistes ouvertes, je ne pense pas que nous puissions compter sur cela pour maintenir l’industrie. Il suffit d’aller skier quand et où il neige, dit Glen Plake.
    6. L’avenir est au hors-piste et au freeride dans l’arrière-pays. L’explosion des nouvelles technologies en matière de skis, de chaussures, de vêtements et d’équipements de sécurité a rendu l’arrière-pays plus accessible à toute personne ayant atteint un niveau intermédiaire. Les stations doivent envisager de s’ouvrir latéralement pour permettre l’accès à un plus grand nombre de terrains de l’arrière-pays. C’est une chose que les États-Unis et les Canadiens ont adoptée bien plus que les Européens. Il y a vingt-cinq ans, pratiquement personne ne s’aventurait en dehors des pistes. La prolifération des skis et des snowboards de type « big back country » signifie que de nombreux skieurs et planchistes ne s’intéressent guère aux pistes. Ils recherchent les sensations du ski hors-piste et de la neige fraîche que l’on peut trouver hors des sentiers battus. L’obsession européenne pour les kilomètres de pistes va se retourner contre eux s’ils n’adoptent pas l’arrière-pays. Personnellement, je me fiche éperdument du nombre de kilomètres de pistes d’une station tant qu’elle peut m’emmener assez haut pour trouver de la neige de bonne qualité, aussi loin que possible de la foule. Pour moi, ce qui compte, ce sont les mètres de dénivelé et les hectares de terrain skiable escarpé. Il est grand temps que les Européens commencent à mesurer correctement leurs stations et à parler de terrain plutôt que de pistes.

  1. L’industrie doit attirer de nouveaux skieurs et snowboarders. Cela signifie qu’il faut multiplier les centres de ski en salle dans les villes pour rendre les clients accros, puis étendre les zones de ski gratuites pour les débutants dans toutes les stations. Le coût de la pratique de ce sport doit baisser, faute de quoi la génération actuelle ne sera jamais suffisamment nombreuse à pratiquer les sports de neige pour soutenir l’industrie.
  2. La technologie des équipements de sécurité et des dispositifs de localisation va faire de grands progrès. Le port d’airbags deviendra la norme et ils seront plus petits, plus légers, plus grands lorsqu’ils seront gonflés et beaucoup moins chers. Les balises d’avalanche et les applications de ski deviendront beaucoup moins chères et plus précises, probablement par le biais d’un téléphone portable connecté à un casque à affichage tête haute. Cette technologie doit répondre à l’énorme demande en matière de ski de randonnée.
  3. Il y aura toujours de la neige, mais nous irons chercher plus loin que les pays de ski traditionnels pour en trouver le meilleur. La Russie, le Népal, la Géorgie, le Pakistan, l’Inde, l’Afghanistan, le Kirghizstan, l’Alaska et la Chine (Tibet) proposeront des stations de haute altitude et sûres de leur enneigement qui domineront le ski dans 20 ou 30 ans. Même le Groenland et le pôle Sud deviendront des destinations potentielles. Une grande partie de ce ski pourrait être pratiqué en hélicoptère ou en Snowcat, mais cela deviendra de plus en plus courant.
  4. Mike Douglas pense que les films de ski vont s’améliorer en racontant des histoires plutôt qu’en filmant des fous furieux sautant des falaises de plus en plus improbables. Je suis tout à fait d’accord avec lui. Je suis un peu fatigué des plans standard de super-skieurs qui descendent des lignes inaccessibles à ceux d’entre nous qui n’ont pas d’hélicoptère personnel. Pourquoi n’y a-t-il plus de vrais films avec des skieurs ? Même le nouveau James Bond ne skie pas. Tant que Daniel Craig ne chaussera pas de skis, il ne sera pas un vrai Bond à mes yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *